« Free Iran ? Quarante ans après, réflexions sur la révolution » est le titre de la table ronde qui a été organisée par la Maison des journalistes en collaboration avec le Caffè dei Giornalisti dans le cadre du programme Presse 19 en Italie, le mercredi 28 novembre 2018 au Circle de la presse de Turin.

Deux professionnels de l’information de la Maison des journalistes ont ainsi pris la parole, interviewés par la chercheuse Farian Sabahi : le journaliste de guerre et professeur Rasoul Asghari et la professionnelle et activiste afghane Mariam Mana.

A les accompagner, Darline Cothière, directrice de la Maison des journalistes, qui a introduit cette table ronde. Madame Cothière a attiré notamment l’attention « sur la croissance de la répression exercée envers les journalistes un peu partout dans le monde », et a mentionné les derniers rapports publiés par plusieurs organisations internationales faisant état d’une situation « particulièrement alarmante pour la liberté de la presse et le bon fonctionnement de la démocratie ».

Ouvrir une réflexion sur l’Iran, 40 ans après la révolution, pour faire un bilan de la situation de la presse et essayer de comprendre quels sont les enjeux sociaux actuels est donc, selon la directrice de la MDJ, fondamentale : « puisque nous sommes à l’ère de la mondialisation d’autant que certaines politiques, certaines situations, même si elles nous paraissent assez lointaines, peuvent impactées sur nos vies de citoyens du monde ».

Pour lire le communiqué de presse de l’évènement, cliquez ici

Ci-dessous la galerie photo :

Le mardi 28 novembre 2017 avait lieu la 4e édition de Presse 19 Voci Scomode en partenariat avec le Caffè dei Giornalisti, l’université de Turin en Italie et l’Ordre des journalistes italien.

Publications :

Pour lire le communiqué de presse, cliquez ici

Repubblica.it, « Le prigioni di Damasco, il racconto degli orrori di due giornalisti siriani: « Un Olocausto » », de Sara STRIPPOLI, 29 novembre 2017

Réseaux sociaux :

Vidéo :

Voci Scomode in 4 minuti

Galerie de photos :

Le 19 octobre 2017, la Maison des Journalistes (MDJ) et  le Caffè dei giornalisti de Turin ont signé un accord qui rapproche plus encore les deux associations qui ont déjà travaillé ensemble par le passé pour faire entendre leur engagement commun pour la liberté de la presse.

Ce nouveau partenariat permettra une collaboration durable entre les journalistes, anciens et actuels résidents de la Maison des Journalistes, et la diffusion de leur travail sur le site du Caffè dei giornalisti. Les contributions des professionnels de médias de la Maison des Journalistes, autour du thème annuel de « la Syrie » mais pas uniquement, seront donc publiées parallèlement en italien mais aussi en version originale et enfin en français sur l’Œil de l’exilé.

« Cette collaboration avec le Caffè dei giornalisti a le mérite de faire porter davantage la voix journalistes exilés et consolider le principe de liberté d’expression qui nous est cher », affirme Darline Cothière, directrice de la Maison des journalistes. 

Le Caffè dei giornalisti défend non seulement la liberté de la presse mais est aussi un observatoire de la géopolitique autour du bassin méditerranéen.

Pour Rosita Ferrato, présidente du Caffè dei giornalisti c’est donc une  occasion de partager « des histoires et des événements qui se rapportent à des thèmes chers à notre observatoire, avec l’avantage d’entendre la voix de ceux qui ont vécu ces événements au premier plan ».

Au-delà de ce projet éditorial, la Maison des Journalistes a rebaptisé l’une des pièces communes de la maison en « Caffè dei giornalisti », une cafétéria vouée à devenir un nouvel espace permettant la rencontre et le travail des résidents.

PRESSE 19 : témoigner dans les universités

Ce nouveau projet éditorial vient s’ajouter au partenariat Voci Scomode / Presse 19 qui existe depuis 2014 entre les deux organisations. L’objectif de ce programme est de sensibilisé des étudiants aux problématiques qui touchent à la liberté d’expression grâce aux témoignages de professionnels des médias contraints à l’exil.

Le 28 novembre prochain, le Caffé dei giornalisti accueillera à Turin Darline COTHIERE, directrice de la Maison des Journalistes, ainsi que deux anciens résidents Zakaria ABDELKAFI et Raafat AL GHANEM. Découvrez le programme de cet événement sur Facebook.

Turin (Italie), 29 novembre 2016 |
Circolo della Stampa |
Corso Stati Uniti, 27 – 18h-20h |

visual_vociscomode2016_sitoLa répression en Turquie, c’est le thème central de la troisième édition de « Presse 19 », un événement annuel organisé par la Maison des journalistes en partenariat avec le Caffè dei giornalisti. « Notre engagement pour la liberté de la presse dans le monde, – explique la présidente du Caffè Rosita Ferrato – nous oblige à réfléchir sur l’autoritarisme voulu par le gouvernement Erdogan après le coup d’Etat manqué du 15 juillet : arrestations et condamnations sévères pour les journalistes locaux, journaux de l’opposition occupés et réduits au silence, accréditations niées aux correspondants étrangers ».

L’événement, organisé en collaboration avec le département des Cultures, Politiques et Sociétés de l’Université de Turin aura lieu le mardi 29 novembre (de 18h à 20h) au siège du Club de la Presse (Palazzo Ceriana Mayneri, 27), un lieu symbolique pour accueillir les voix des journalistes qui défient et souffrent d’une oppression maintenant indéterminée.

La liberté de la presse derrière les barreaux

Au lendemain de la proclamation de l’état d’urgence, la vengeance d’Erdogan ne cesse de s’abattre d’une manière virulente sur la radio, la télévision, les réseaux sociaux. Les dernières données, rapportées en Septembre 2016 (source: BBC), notent 63 journalistes en prison et la fermeture de 3 agences de presse, 16 stations de télévision, 23 stations de radio, 45 journaux, 15 magazines et 29 maisons d’édition. L’accusation, dans la plupart des cas, est la propagande terroriste. Une tendance qui menace de plonger la liberté de la presse du pays, déjà fortement affectée. En 2015, la Turquie occupait la 154e place sur 180 dans le classement publié chaque année par Reporters sans frontières.

Les chiffres de la répression

Mais le système médiatique n’est pas la seule victime des « purges ». A partir de juillet, 93 263 personnes ont été licenciées dans la police, l’armée, la justice avec les juges et les procureurs, l’administration avec les employés publics et l’éducation. 32.000 ont été arrêtées et sont en attente de jugement (le gouvernement a prolongé la détention préventive de deux à trente jours, et a suspendu la Convention européenne des droits de l’homme).

La complexité de la question turque

En outre, la question de la liberté de la presse ne peut pas être pleinement comprise sans considérer la question turque dans son ensemble, qui se réfère à la relation avec la minorité kurde, la Syrie, l’Irak, l’Union européenne et l’Occident. Ainsi, la discussion s’élargit au respect des droits de l’Homme et à l’importance géopolitique du pays, par exemple, le rôle joué par le contrôle des flux migratoires et la lutte contre le terrorisme.

Journalistes et témoins

Halgurd Samad et Sakher Edris

Halgurd Samad et Sakher Edris

L’édition Presse 19 / Voci scomode 2016 aura pour protagonistes les voix d’Halgurd Samad, kurde irakien, et Sakher Edris, syrien, deux journalistes contraints à l’exil et accueillis à la Maison des journalistes (MDJ), association parisienne qui offre un abri aux journalistes qui ont fui leur pays d’origine à cause des persécutions qu’ils ont reçu pour leur métier.

Darline Cothière, directrice de la MDJ, Lucia Goracci, envoyée spéciale de Rai News 24 et Marta Ottaviani, journaliste de La Stampa et Avvenire interviendront à leurs côtés. Le travail sera introduit par Marinella Belluati, professeure d’analyses des médias à l’Université de Turin, et animé par Sherif El Sebaie, chroniqueur de Panorama spécialisé en diplomatie culturelle.

Le partenariat avec l’Université et la participation des étudiants

La soirée sera précédée par un séminaire d’approfondissement didactique destiné aux étudiants universitaires. La session, qui se tiendra de 10h à 13h dans l’Aula Magna du Campus Luigi Einaudi de l’Université de Turin, avec la participation de Rosita Ferrato, Marinella Belluati, Darline Cothière, Rosita Di Peri, professeure des Politiques, Institutions et Cultures du Moyen Orient, Luca Ozzano, professeur de sciences politiques, Murat Cinar, journaliste et activiste turc, Ugur Bilkay, le premier citoyen turc à obtenir le statut de réfugié politique en Europe suite à son objection de conscience et Lorenzo Trombetta, correspondant Ansa au Moyen-Orient.

Presse 19 / Voci Scomode est un événement gratuit et ouvert au public.


Programme de la journée

Séance 1 | Université de Turin
Campus Luigi Einaudi – Lungo Dora Siena, 100
Aula Magna 10h – 13h

Ouverture
Rosita Ferrato – Presidente du Caffè dei giornalisti

Contexte
Marinella Belluati – Professeure d’Analyses des Médias
Rosita Di Peri – Professeure des Politiques, Institutions et Cultures du Moyen Orient

Introduction
Darline Cothière – Directrice Maison des Journalistes

Table ronde – Erdogan et la democratura* turque
Partecipants :
Murat Cinar – Journaliste turc et activiste
Ugur Bilkay – Réfugié politique turc
Lorenzo Trombetta – Envoyé de l’Ansa au Moyen Orient

Animatrice : Rosita Di Peri

*Democratura : terme utilisé pour indiquer un régime politique formellement démocratique, mais inspiré, dans la pratique, à un autoritarisme substantiel

________________________________

Séance 2 | Circolo della Stampa
Palazzo Ceriana Mayneri – Corso Stati Uniti, 27
18h – 20h

Ouverture
Rosita Ferrato – Presidente du Caffè dei giornalisti
Darline Cothière – Directrice Maison des Journalistes

Introduction
Les limites au nom de la sécrutié et les risques de la liberté d’expression dans la crise mondiale. Marinella Belluati – Professeure d’Analyses des Médias

Table ronde – Dénonciation VS Réalpolitik ?
Intervenants :
Halgurd Samad – Journaliste kurde irakien, réfugié MDJ
Sakher Edris – Journaliste syrien, réfugié MDJ
Lucia Goracci – Envoyée de Rai News 24
Marta Ottaviani – Journaliste d’Avvenire et La Stampa

Animateur : Sherif El Sebaie – Éditorialiste de Panorama, spécialisé en diplomatie culturelle

 

Pour écouter l’interview radio à M. Edris diffusée sur Rai Radio 1, lors de l’émission Restate scomodi du 08/12/2016 :

 
 

Pour écouter l’interview radio à M. Edris diffusée sur Rai Radio 1, lors de l’émission Radio Anch’io du 09/12/2016

 
 

12308759_1701378013431602_634894098269352821_n

Les articles publiés par Le Caffé dei giornalisti :
1. Bassel Tawil, il fotoreporter dell’assedio ignorato
2. Dal Ruanda alla Mdj: Marie Angélique Ingabire
3. Dal Camerun: la storia di René Dassié
4. Tra Caffè e Maison, un legame che continua

Nigrizia – 2 dicembre 2015

Maison des journalistes – 28 novembre 2015

Futura – 27 novembre 2015

Repubblica.it – 27 novembre 2015

Repubblica – 27 novembre 2015

Border Radio – 26 novembre 2015

Escapes – 26 novembre 2015

Africa News – 24 novembre 2015

Gazzetta Torino – 24 novembre 2015

Maison des journalistes – 23 novembre 2015

Ricevuto & Pubblicato | Città di Torino  – 23 novembre 2015

Regioni.it – 23 novembre 2015

Turin is Turin – 23 novembre 2015

Allevents – 23 novembre 2015

Associazione Stampa Subalpina – 20 novembre 2015

Cittadinanze – 20 novembre 2015

Torino Sette (La Stampa), pag. 34 |Homs, mostra di Bassel Tawil – 20 novembre 2015

Torino Sette (La Stampa), pag. 55 – 20 novembre 2015

Centro Piemontese di Studi Africani 

Il Sostenibile – 17 novembre 2015

Babelmed – 17 novembre 2015

Articolo21 – 13 novembre 2015

Ci-dessous la vidéo intégrale :

Ci-dessous la galerie photo :