Discours d’un journaliste anonyme, exilé et menacé de mort

Mairie de Paris – 24 janvier 2018
Soirée organisée en l’honneur des journalistes exilés et réfugiés à la Maison des journalistes

« Merci à la Maire Madame Anne Hidalgo, à son adjoint, monsieur Patrick Klugman, pour cette agréable soirée, merci à la Directrice de la Maison des Journalistes Madame Darline Cothiére et à tout l’équipe de la Maison Des Journalistes. Et merci beaucoup à tous les invitées d’être venus ici.

Je m’appelle G.B. Je suis journaliste et réalisateur turc.

Je suis aussi demandeur d’asile politique depuis un an et demi. Je suis accueilli par la Maison des Journalistes depuis près de 5 mois. Ce soir, je suis très honoré de parler au nom des 13 autres résidents actuels de la MDJ.

Certaines nuits, surtout pendant l’hiver, quand je marche dans les rues de Paris, je regarde les fenêtres des bâtiments où les lumières jaunes et chaudes sortent vers le noir des nuits froides. J’imagine les familles heureuses qui passent de temps ensemble chez eux.

Je pense à ma famille, à mes proches et à mes amis. Je pense à ces moments de bonheur quand vous êtes ensemble avec vos proches. Et puis je marche vers ma lumière jaune et chaleureuse à Paris, je marche vers « La Maison des journalistes ».

Peut-être que pour vous la MDJ est seulement une association mais pour moi, c’est chez moi. Ce lieu que nous appelons entre nous, la Maison. C’est aussi ici que j’ai repris mon activité de journaliste. C’est là que je me prépare pour une nouvelle vie en attendant mon statut. C’est ma lumière jaune et chaude contre l’obscurité de la dictature.

Aujourd’hui, nous vivons des temps difficiles. Aux Etats-Unis, le président appelle les journalistes des ‘ennemies du peuple’. Donald Trump utilise le concept de “fake news” pour discréditer les informations qui le critiquent. Même en France, sous la présidence d’Emmanuel Macron, l’État essaye de créer une loi pour limiter et pour déterminer les frontières du journalisme en utilisant ce concept. Pourtant, je pense que ce n’est pas du tout le rôle de l’État.

En Turquie, un dictateur qui s’appelle Recep Tayyip Erdogan a mis plus de 150 journalistes en prison depuis 2016. Et chaque jour, d’autres sont emprisonnés.

Il y a trois jours, la journaliste Nurcan Baysal a été placée en garde à vue simplement pour avoir écrit sur les réseaux sociaux : “je suis contre la guerre”. Elle voulait critiquer l’opération d’Afrin menée par la Turquie au nord-ouest de la Syrie.

A Malte, la journaliste d’investigation, Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les ‘Malta Files’, a été assassinée le 16 octobre 2017. Comme ça, sans peine. Et vous connaissez très bien la situation en Russie, en Chine ou encore en Syrie à cause de la guerre civile et la terreur instaurée par DAECH…

En tant que personnes qui croient en la liberté d’expression, nous passons donc des jours difficiles, nous le savons mais nous n’avons pas peur. Notre courage est au moins aussi grand que la lâcheté de ceux qui veulent nous faire taire. Nous savons qu’il y a encore beaucoup de chose à faire pour un monde plus libre, égalitaire et fraternel. C’est pour cette raison que nous allons continuer à travailler sans relâche.

La MDJ est une association unique au monde. Mais avec les gens qui croient en la nécessité de la liberté d’expression pour la démocratie, je pense que d’autres maisons pourront se bâtir dans le monde entier. Par exemple, en Grèce, qui accueille aujourd’hui bien plus de réfugiés que la France. Ou bien en Italie, en Allemagne, ou encore au Canada et aux États-Unis.

Dans tous ces pays, il y a des journalistes qui ont fui des persécutions de régimes autoritaires. Ils sont en difficulté. Je pense que l’État et la société française sont assez sensibles et motivés pour élargir les actions merveilleuses de MDJ.

La Maison des Journalistes mérite d’être beaucoup plus connue sur la scène internationale.

Je vous remercie beaucoup pour votre attention. Je vous souhaite une bonne soirée et un futur avec la liberté d’expression. »

Notre actualité en vidéos…

… Et en photos !