Enrique Ramon Galeano est un journaliste paraguayen, obligé de fuir son pays il y cinq ans car il dénonçais les trafiquants de drogue, qui tuaient avec barbarie les Indiens. L’équipe de l’Evadé l’a reçu au lycée le 18 janvier dernier, dans le cadre de l’opération Renvoyé Spécial organisée par la Maison des journalistes.

Avec son physique de latino sud-américain tel qu’on les voit au cinéma, Enrique ne passe pas inaperçu et nous avons immédiatement su que c’était lui lorsqu’il est arrivé. […]

Clique sur l’image ci-dessous pour lire l’article paru sur L’évadé, mars 2011.

Un journaliste paraguayen se réfugie à la Martin (L'évadé, mars 2011)

Un journaliste paraguayen se réfugie à la Martin (L’évadé, mars 2011)

rs videoCliquez ici pour voir les vidéos publiées sur le site de clemi.org :

Rustum Mahmoud, journaliste syrien réfugié, rencontre des lycéens du lycée Blaise Pascal de Brie-Comte-Robert pendant la 23e semaine de la presse et des médias dans l’école.

Témoignage de Soro Solo, jeune journaliste réfugié ivorien.

Suivez Déo, un journaliste congolais réfugié, dans un reportage de l’agence CAPA sur la Maison des Journalistes réalisé pendant la 21e semaine de la presse et des médias à l’école.

A l’occasion de la 21ème Semaine de la presse et des médias dans l’école®, l’agence Capa et la chaîne Planète mettent à disposition des enseignants un sujet de 5 min. sur la Maison des journalistes, diffusé dans l’émission « 1€60 » le 7 mars (rediffusion mercredi 10 mars à 0h05).

160La Maison des journalistes est une maison unique au monde qui reçoit des journalistes du monde entier contraints de fuir leurs pays. Chez eux, ils sont gravement menacés. Deo est journaliste congolais, il est à la maison des journalistes depuis 6 mois, il attend le regroupement familial et il témoigne dans les lycées français dans le cadre d’une opération intitulée « Renvoyé spécial ».

Un sujet de Pierrick Morel /capatv.

En fuite, le journaliste témoigne (Le Pays d'Auge, le 16 nov. 2007)

En fuite, le journaliste témoigne (Le Pays d’Auge, le 16 nov. 2007)

En fuit, le journaliste témoigne (Le Pays d’Auge, le 16 novembre 2007)

Le lycée Gambier a accueilli Allen Yero Embalo, journaliste en Guinée-Bissau. Il a fuit son pays et est venu témoigner comme « Renvoyé Spécial ». Dans son pays, la Guinée-Bissau Allen, correspondant pour l’AFP et Radio France, enquêtait sur les narco-trafiquants. «Un jour, des hommes cagoulés sont venus chez moi, ils se sont rendus dans mon bureau, m’ont volé mes ordinateurs, mes deux caméras, mes archives vidéos, tout ! Quand je suis rentré, ils avaient laissé un mot : « la prochaine fois, on emportera ta tête » ».

Allen Yero Embalo est marié, père de six enfants. Tous partent alors se réfugier au Dakar voisin. Le 23 juillet, il s’envole pour Paris et la Maison des journalistes avec 70 euros en poche. […]

Cliquez sur l’image à coté pour lire l’article paru sur Le Pays d’Auge, le 16 novembre 2007.

 

13 ans, mitrailleuse à la main (L’Éveil de Lisieux, le 16 novembre 2007)

Correspondant pour l’agence France Presse depuis plus de 10 ans, Allen Yero Embalo a dénoncé un trafic de drogues impliquant des hauts dignitaires de l’état. Son travail d’investigation et de prévention auprès de la population a aujourd’hui rejoint le rapport de l’ONU qui révèle, depuis peu de temps, l’implication du gouvernement dans le trafic de drogues. […]

Cliquez sur l’image ci-dessous pour lire l’article paru sur L’Éveil de Lisieux, le 16 novembre 2007.

13 ans, mitrailleuse à la main (L'Éveil de Lisieux, le 16 nov. 2007)

13 ans, mitrailleuse à la main (L’Éveil de Lisieux, le 16 nov. 2007)

« Soyons réalistes, bien que le métier de journaliste soit noble, cela reste un métier… on travaille pour vivre», déclare Mondir Madfai devant un parterre de lycéens captivés. Pour vivre, oui, mais parfois au risque d’en mourir. Test est le sort de ce journaliste irakien exilé en France depuis septembre 2006. Dans son pays, comme dans beaucoup d’autres, la presse est aux ordres du pouvoir en place. Un pouvoir implacable qui censure, torture, menace, persécute ou tue ceux qui, par leur plume ou leurs paroles, opposent une résistance. […]

Par le journal du Syndicat des enseignants – UNSA, 2006

Cliquez sur l’image ci-dessous pour lire l’article.

Renvoyé Spécial 2006