«Journalistes et réfugiés, la double peine», une soirée pour témoigner

Le 7 novembre 2017 marquait le retour des Rendez-vous de l’Estaminet après trois années d’absence. A l’occasion de cette rentrée était organisé un débat, en collaboration avec l’ESJ-Lille, autour du thème « Journalistes et réfugiés, la double peine », une rencontre animée par Albéric de Gouville, vice-président de la MDJ. Trois résidents et anciens résidents de la Maison des Journaliste se sont réunis autour d’une table de la Maison Bistrot pour en parler : Mandian Sidibe (Guinée Conakry), Elyse Ngabire (Burundi) et Halgurd Samad (Kurde d’Irak).

Ce nouveau Rendez-vous a réuni plus d’une vingtaine d’auditeurs, ancien étudiants de l’ESJ Lille, amis de la Maison des Journalistes et curieux. Les témoignages se sont succédé afin de répondre à deux grandes questions : pour quelle raisons et de quelle manière s’est imposé l’exil dans la vie des journalistes ? Et que signifie aujourd’hui être journaliste en exil et réfugié en France ?

 

 

 

« On peut se reconvertir mais je mourrai journaliste. Ce statut me colle à la peau. » Elyse Ngabire

Pour Elyse Ngabire, ce sujet est particulièrement important. Elle a notamment raconté sa situation actuelle, coincée entre sa vocation journalistique et son incapacité d’en vivre : « en passant de mon pays avec son régime dictatorial à la France, pays des libertés, je voulais continuer à exercer ma plume. Alors je suis devenue journaliste bénévole pour le média pour lequel je travaillais. Si je suis plus journaliste alors à quoi bon fuir mon pays. »

Notre actualité en vidéos…

… Et en photos !