L’opération Renvoyé Spécial s’invite au collège !  Les vendredi 1er et lundi 4 juin, deux journalistes de la MDJ sont allés à la rencontre des élèves de Crouy sur Ourcq. Ces événements ont été organisés avec le soutien du Clemi, Presstaliss et du département de Seine et Marne. 

Les élèves du collège le Champivert, situé à Crouy sur Ourcq dans l’académie de Créteil, ont eu la chance d’accueillir deux journalistes au mois de juin. Ces professionnels aux parcours très différents ont pour point commun l’exil. Contraints de fuir leurs pays pour avoir exercé leur liberté d’informer, ils sont venus partager avec les élèves leur histoire.

Salah Al Ashkar, journaliste syrien, vit en France depuis 2017. Diplômé en Finance, il s’initie au journalisme en 2011. Sur le terrain, il relate et filme les manifestations pacifiques de 2011, organisées en opposition au régime de Bachar Al-Assad. Témoin des conflits, le journaliste réalise plusieurs reportages sur la situation à Alep à partir de cette date. Il est sollicité par plusieurs médias étrangers qui reprendront ses vidéos, notamment lors du siège de la ville en 2016.

Cet épisode de la guerre en Syrie a particulièrement retenu l’attention des élèves qui ont souhaité en savoir davantage sur les conditions de vie des habitants lors de cette période. A l’issue de sa présentation, ils ont témoigné par leurs questions, d’un grand intérêt pour son parcours.

 

L’histoire du journaliste Makaila NGUEBLA a été le fil conducteur d’un nouvel échange le lundi 4 juin. Auteur d’articles et de chroniques, dénonçant les abus de pouvoir au Tchad, le journaliste vit en France depuis 2013. Dans le collimateur des autorités, il avait d’abord été contraint de trouver refuge en Tunisie puis au Sénégal. Pour des raisons politiques, il a successivement été expulsé des pays dans lesquels il s’était installé. Il continue aujourd’hui à s’exprimer à travers son blog, très suivi en Afrique.

Après avoir présenté son parcours, le journaliste a répondu aux multiples questions des élèves portant sur son métier, son pays mais aussi son exil.

 

 

 

 

Taha SIDDIQUI et Sara FARID au lycée Gutenberg

Les journalistes Taha SIDDIQUI et Sara FARID étaient au lycée Gutenberg le mardi 5 juin pour témoigner de la situation de la liberté de la presse au Pakistan. Cette rencontre a été organisée dans le cadre de l’opération Renvoyé Spécial, en partenariat avec le CLEMI et Presstalis. Pour cet évènement, la MDJ a également pu compter sur le soutien de la région Ile-de-France et la sénatrice Esther BENBASSA.

Journalistes et photographe par passion ! Ces deux journalistes originaires du Pakistan ont traversé bien des épreuves avant de se résigner à quitter leur pays. En exil en France depuis le début de l’année 2018, ils ont accepté de raconter leur histoire au lycée Gutenberg situé dans la ville de Créteil.

Une cinquantaine d’étudiants et professeurs étaient présents dans la salle ce jour-là pour les écouter. Pendant près de deux heures, les journalistes ont pu retracer avec les élèves la géopolitique, la situation des minorités, du droit à l’éducation et bien évidemment celle de la liberté d’informer au Pakistan. « Le témoignage des journalistes m’a permis d’en apprendre plus sur la situation politique et le Pakistan en général » raconte un lycéen à l’issue de la rencontre. « J’ai été frappé par la situation des minorités dans ce pays et également par les problèmes rencontrés par les enfants, les femmes, les personnes transgenres… ».   

 

 

Histoire, politique…le journaliste Taha SIDDIQUI a débuté la rencontre en dressant un tableau général de son pays. À travers une série de photographies dont elle est l’auteur, la photojournaliste, Sara FARID, a également abordé avec les élèves la situation des femmes, des enfants et de ceux « qu’on ne laisse pas s’exprimer » dans ce pays d’Asie du Sud. Sur l’un de ses clichés, un groupe de jeunes filles assiste à un cours improvisé dans la rue, devant leur école détruite. Une photo évocatrice des difficultés rencontrées par les femmes qui militent pour l’accès à l’éducation dans le pays de Malala Yousafzai.

Impossible de présenter le parcours des deux intervenants sans évoquer avec les élèves, les raisons de leur exil. Le journaliste Taha SIDDIQUI enquêtait depuis plusieurs années sur des sujets liés à la corruption et à des abus de pouvoir. Il était avec Sara FARID, victime de harcèlement. Sur le terrain, la photographe a été à de multiples reprises menacée pour avoir exercé sa profession. C’est un évènement survenu le 10 janvier 2018, qui les décidera finalement à rejoindre la France. Ce jour-là, alors qu’il est en route pour l’aéroport, Taha SIDDIQUI est agressé par une douzaine d’hommes. Le journaliste échappe de peu à l’enlèvement en parvenant à s’extraire in extremis du véhicule dans lequel il est emmené de force.

En France, les deux journalistes continuent à se mobiliser pour la liberté d’informer. Le journaliste Taha Siddiqui a ouvert un site internet: safenewsrooms.org pour permettre à des journalistes en Asie du Sud de témoigner des difficultés qu’ils rencontrent. Cette plateforme est aujourd’hui censurée au Pakistan.

Mercredi 23 mai, la Maison des journalistes a accueilli une délégation du Service pénitentiaire d’insertion et de probation de Paris (SPIP), mais également des juges d’application des peines de Paris ainsi que des membres de la direction de l’établissement pénitentiaire Paris la Santé. Pendant plus de deux heures, les personnes présentes ont pu échanger avec les journalistes et l’équipe de la MDJ dans le cadre du programme de sensibilisation Renvoyé Spécial.

Ce rendez-vous a ouvert la première édition de cette nouvelle déclinaison du programme de la MDJ mise en place en partenariat avec le SPIP et la Mairie de Paris en 2018. Dans l’optique des prochaines activités qui s’adresseront aux Personnes Placées Sous Main de Justice (PPSMJ), des pistes et bonnes pratiques étaient au cœur des discussions.

L’intervention de deux journalistes de la MDJ : la syrienne Rowaida KANAAN et le marocain Hicham MANSOURI (crédits photo : Lisa Viola ROSSI)

En début d’après-midi de mercredi 23 mai, une délégation du personnel du Service pénitentiaire d’insertion et de probation de Paris (SPIP) a pris place dans la salle de réunion de la MDJ. « Depuis 2002, l’association accompagne et héberge des professionnels de l’information contraints de fuir leur pays pour avoir voulu pratiquer une information libre. Mobilisés contre la censure, plusieurs de ces journalistes choisissent sur la base du volontariat de prendre part aux différentes activités de sensibilisation aux valeurs citoyennes et à la liberté d’informer, menées par la MDJ depuis douze ans ». C’est cette démarche qui a été présentée au personnel du SPIP au cours de la visite par Lisa Viola ROSSI, chargée de mission Communication et Sensibilisation.

Dans le cadre d’un programme appelé Renvoyé Spécial, plusieurs journalistes de la MDJ sont amenés à intervenir dans des lycées à des fins de sensibilisation. Lors de ces rencontres, leur parcours devient le fil conducteur d’une discussion sur leur pays d’origine, les droits de l’Homme, la laïcité, l’importance de la liberté d’informer mais surtout sur les valeurs démocratiques. Dès cette année, dix interventions seront organisées en partenariat avec le SPIP de Paris. A ce propos, Anne AVERINK, une des directrices du SPIP 75, a précisé que « La première rencontre avec les Personnes Placées Sous Main de Justice sera organisée dans le cadre d’un stage du SPIP « Dialogue et identité », s’adressant à des personnes prévenues ou condamnées, avec une problématique identitaire. D’autres auront lieu en fin d’année dans la Maison d’arrêt de la Santé, actuellement en restructuration

Après avoir visité les lieux, les membres de l’équipe de la MDJ ont détaillé les différentes actions mises en œuvre par la structure. L’association met notamment à disposition des journalistes « Quatorze chambres individuelles sur une période limitée, car la liste d’attente pour accéder à nos services est toujours longue : actuellement nous comptons une vingtaine de demandes d’hébergement», rappelle Antonin TORT, responsable de l’Action Sociale et Hébergement

A coté de ces deux missions principales de la MDJ, l’association située rue Cauchy, exerce également une activité éditoriale : sur le journal en ligne L’œil de la Maison des journalistes, les professionnels de l’information en exil peuvent s’exprimer librement. Guillaume WULFING-LUER, Community Manager de l’association, explique « L’objectif est de faire connaître leurs voix et leurs plumes. On veut mettre en avant des discours différents

La présentation du projet Renvoyé Spécial (crédits photo : Mortaza BEHBOUDI)

Pour mieux comprendre les activités de sensibilisation de la MDJ, deux journalistes en exil sont venus échanger avec la délégation du SPIP. Hicham MANSOURI, journaliste d’enquête d’origine marocaine et Rowaida KANAAN, reporter et présentatrice radio d’origine syrienne, leur ont expliqué de quelle façon ils se sont adressés aux jeunes dans le cadre de l’opération Renvoyé Spécial.

« Aucune rencontre ne ressemble à l’autre », soutient M. MANSOURI, qui a fait preuve d’une grande pédagogie lors des dizaines rencontres auxquelles il a participé.  Le journaliste explique comme à partir d’images, de dessins de presse et de photographies, il a amené son public à s’interroger sur la liberté d’expression, le rôle des médias et la censure.

Chaque parcours a également ses spécificités. L’histoire de Rowaida KANAAN, journaliste syrienne, permet par exemple de revenir sur la situation de ce pays en proie à des conflits armés depuis 2011, le sort réservé aux femmes emprisonnées dans les geôles du régime et la situation d’insécurité des lanceurs d’alerte.

À l’issue de cet événement, le personnel du SPIP a pu interroger les intervenants sur les réactions des jeunes participants à ces rencontres : « Quelles questions reviennent le plus souvent ?, Quel est leur degré d’attention ? …. ». Depuis 2016 les journalistes sont invités à intervenir auprès des jeunes encadrés par la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), dans des maisons d’arrêt, dans des clubs de prévention ainsi que dans les Maisons de la vie associative et citoyenne de la ville de Paris. Un public différent qui invite les journalistes à aborder ces échanges sous des angles particuliers.

Avant de conclure l’événement, un questionnaire a été remis au personnel du SPIP. Nombreux sont les participants qui ont émis l’envie de reproduire ces rencontres dans le cadre de ce nouveau partenariat. Ils évoquent aussi l’intérêt de ces présentations pour évoquer des problématiques comme l’exil, la radicalisation, les perspectives de retour des personnes réfugiés. « Je trouve ces journalistes très courageux… je leur souhaite pleine réussite dans leurs projets ». Des mots de remerciement ont été adressés à l’équipe de l’association ainsi qu’à ses professionnels.

 

Le 25 mai, un journaliste syrien s’est rendu à Conflans-Sainte-Honorine pour partager son expérience avec les élèves du lycée Simone Weil. Cette rencontre a été organisée dans le cadre de l’opération Renvoyé Spécial, en partenariat avec le CLEMI et Presstalis. Elle a également bénéficié du soutien de la région Ile de France qui permet chaque année de programmer une dizaine d’intervention dans les lycées franciliens.

Dans le centre de documentation du lycée, plusieurs élèves étaient rassemblés pour accueillir un journaliste syrien venu  partager son histoire. Le projet a été porté dans l’établissement par la documentaliste Madame Cecile DESSEVRE, la professeure de lettres Madame Mélanie ESTAMPES  et la médiatrice culturelle Arcadi Géraldine AUROUSSEAU qui ont accueilli le journaliste à son arrivée.

Pour des raisons de sécurité, le journaliste syrien a présenté son parcours sous couvert d’anonymat. En Syrie, il a relaté pour plusieurs médias les violences perpétrées par des groupes islamistes à l’encontre des femmes. Ce travail l’avait conduit dans les geôles de Daech, « L’objectif d’un journaliste dans ces moments est de rester en vie » relate-t-il. Menacé, intimidé et craignant pour sa vie, il avait alors été contraint de fuir le pays.

La narration de son parcours a permis d’évoquer avec les élèves la situation en Syrie et les difficultés rencontrées par les personnes qui tentent malgré le danger, de médiatiser les exactions commises dans ce pays. La Maison des journalistes est le triste témoin de cette situation : depuis 2011, la Syrie est le pays d’origine le plus représenté parmi les journalistes résidents.

Pour rejoindre la France, le journaliste avait emprunté à pied la désormais célèbre route des Balkans. Son chemin d’exil a ainsi été l’occasion de retracer avec les élèves les obstacles rencontrés par les personnes qui cherchent refuge en France.

À l’issue de sa présentation, le journaliste a répondu aux nombreuses questions des élèves présents. Il a souhaité en connaître leurs rêves et leurs objectifs, tout en les encourageant à ne pas y renoncer.

Les réactions des élèves après cet événement témoignent de leur intérêt pour cet échange dont l’objectif est la sensibilisation aux valeurs citoyennes, à la liberté de la presse et la liberté d’informer :

« Cette rencontre m’a permis de comprendre la situation en Syrie »

« J’ai toujours entendu parler de la Syrie à la télé,  là c’est différent car c’est quelqu’un qui vient nous en parler »

« Ce qui m’a frappé c’est son voyage à pied car son voyage était dur et long »

« Les journalistes ont peu de droits dans leurs pays et quand ils ont la chance de pouvoir aller dans un pays où la liberté de la presse est présente, leur situation reste difficile »

« Son histoire m’a fait frissonner »

 

 


Ci-dessous le calendrier et la revue de presse des rencontres de sensibilisation du programme Renvoyé Spécial et ses déclinaisons, édition 2017-2018 (mis à jour au fur et à mesure) :

AOÛT

Jeudi 24, Visite-rencontre à la MDJ des jeunes de la structure PJJ d’Arnouville (95) – DT PJJ Val d’Oise -RS PJJ* 

SEPTEMBRE

Samedi 23, Les Clés de l’Actu, Vanves (92)*
Dimanche 24, Culture au Quai, Paris 19 (75)*

OCTOBRE

Lundi 2, Prix des Lycéens : quatre journalistes interviennent en quatre lycées de Normandie -Prix Bayeux*
Samedi 7, Prix Bayeux : 2 journalistes témoignent devant des lycéens, Bayeux -Prix Bayeux*
Lundi 16, Visite à la structure de Villiers-le-Bel DT PJJ Val d’Oise -RS PJJ* 
Dimanche 22, Journée « Journalistes sous pressions », Fondation GoodPlanet, Paris 16 (75)*
Jeudi 26, Visite-rencontre à la MDJ des jeunes de la structure PJJ d’Arnouville (95) – DT PJJ Val d’Oise -RS PJJ* 

NOVEMBRE

(Renvoyé Spécial Écrivains persécutés), Lundi 13-Vendredi 17, 7e Semaine des écrivains persécutés, en collaboration avec les Itinéraires poétiques de Saint-Quentin-en-Yvelines (78)
Vendredi 3, Visite-rencontre à la MDJ des jeunes de la structure PJJ d’Arnouville (95) – DT PJJ Val d’Oise -RS PJJ* 
Mardi 7, Table ronde «Journalistes et réfugiés, la double peine», Maison Bistrot, Paris 11 (75) -ESJ Lille* 
Mardi 7 (17h-18h30), Université de New York, Paris 5 (75)*
Vendredi 10, Table ronde de l’Agence photo Contrasto lors de la présentation d’«Harraga» de Giulio Piscitelli, La Colonie, Paris 10 (75)*
Mardi 14, Rencontres de l’éducation aux médias, Lille –ESJ Lille* 
Mardi 28, Circolo della Stampa di Torino, Italie -Presse 19
Jeudi 30, Lycée Corneille, La Celle Saint Cloud (92) -Académie de Versailles -Fédération française des Clubs UNESCO* 

DÉCEMBRE

Lundi 18 (16h-18h), Lycée Gustave Monod, Enghien-les-Bains (95) -Académie de Versailles
Mardi 19 (14h15-16h15), Lycée Bernard Palissy, Saint-Léonard de Noblat (87) -Académie de Limoges
Mardi 19 (16h-18h), Lycée Charlemagne, Paris 4 (75) -Académie de Paris

JANVIER

Jeudi 18 (10h-12h), Lycée Aristide Briand, Evreux (27) -Académie de Rouen
Mardi 23 (13h-15h), Lycée professionnel Saint Jacques de Compostelle, Poitiers (86) -Académie de Poitiers
Mardi 23, Séminaire adressé aux enseignants de l’Académie de Lille, Lille (59) -CLEMI Lille*
Jeudi 25-Dimanche 28, Journées du Vivre Ensemble / Rencontre DT PJJ Loire de Saint-Etienne -RS PJJ* 
Jeudi 25 (10h-12h), Lycée Marcelin Berthelot, Pantin (93) -Académie de Créteil
Jeudi 25 (10h-12h), Visite à la MDJ de l’association Citoyenneté Jeunesse du Collège Marie Curie des Lilas (93)*
Vendredi 26 (10h-12h), Visite à la MDJ de l’association Citoyenneté Jeunesse du Collège Jean-Baptiste de Dugny (93)*
Mercredi 31 (10h-12h), SEP du LPO Frederic Joliot Curie, Dammarie-Les-Lys (77) -Académie de Créteil – RS IDF* 

FÉVRIER

Lundi 5 (14h-16h), Lycée GT Champlain, Chennevières-sur-Marne (94) -Académie de Créteil – RS Val-de-Marne* et réseau ICORN/Ville de Paris*
Mardi 6 (14h30 – 16h30), Lycée Montaleau, Sucy-en-Brie (94) -Académie de Créteil – RS Val-de-Marne*
(reporté par les organisateurs) Samedi 10, 5e édition du festival How to Love 2018 au Petit Bain (Paris 13)
Mardi 13 (13h30-15h30), Lycée Jean Moulin, Revin (08) -Académie de Reims
Mardi 13 (8h-10h), Lycée professionnel Alexandre Dumas, Cavaillon (84) -Académie d’Aix-Marseille
Mardi 13 (10h-12h), Lycée Vauquelin de Paris 13 (75) -Académie de Paris – RS IDF*
Vendredi 16 (13h20-15h), Lycée Saint Marie, Cholet (49) -Académie de Nantes – RS Maine-et-Loire*
Jeudi 22 (10h-15h), Stage de Citoyenneté : Visite-rencontre à la MDJ des jeunes de la structure PJJ d’Arnouville (95) – DT PJJ Val d’Oise -RS PJJ* 

Mercredi 28 février – samedi 3 mars, Convention nationale Accueil et Migrations au Palais du Littoral de Grande-Synthe (59)*

MARS
Mardi 6, Maison d’arrêt de Caen en collaboration avec l’Institut international des droits de l’Homme et de la paix*
Mercredi 7 (16h-19h), Rencontre RS-clubs de prévention de Paris 11 et 12
Jeudi 8 (13h30-15h30), Lycée professionnel agricole La Martellière, Voiron (38) -Académie de Grenoble
Vendredi 9 (15h30-17h30), LPO Ronceray de Bezons (95)-Académie de Versailles – RS IDF*
Lundi 12 mars (15h-17h), Lycée Professionnel Pierre Desgranges, Andrézieux-Bouthéon (42) -Académie de Lyon
Jeudi 15 mars (11h-12h30) + grande soirée « Médias et migrants », Assises du Journalisme de Tours
____
29e Semaine de la presse et des médias dans l’école® du 19 au 23 mars
Lundi 19 (14h-16h), Lycée professionnel Pierre Mendès France, Peronne (80) – Académie d’Amiens
Mardi 20 (10h-12h), Lycée professionnel Balavoine, Bois-Colombes (92) -Académie de Versailles – réseau ICORN/Ville de Paris*
Mardi 20 (11h-13h), Lycée des Métiers de Narcé, Brain-sur-l’Authion (49) -Académie de Nantes – RS Maine-et-Loire*
Mercredi 21 (10h-12h), Lycée Léonard de Vinci, Calais (61) -Académie de Lille – RS Pas-de-Calais avec le soutien de la DILCRAH*
Mercredi 21 (10h20-12h15), Lycée Louise Michel, Champigny-sur-Marne (94) -Académie de Créteil – RS Val-de-Marne*
(décalé au jeudi 29) Jeudi 22 (10h30-12h30), Lycée Edgar Quinet, Paris 9 (75) -Académie de Paris – réseau ICORN/Ville de Paris*
(annulé) Jeudi 22 (13h-15h), Lycée Romain Rolland, Ivry-sur-Seine (94) -Académie de Créteil – RS IDF* et RS Val-de-Marne*
Vendredi 23 (14h-16h), Lycée Jean Macé, Rennes (35) -Académie de Rennes
Vendredi 23 (10h-12h), Lycée Jean Moulin, Les Andelys (27) -Académie de Rouen
Vendredi 23 (10h-12h), Lycée Parc Impérial, Nice (60) -Académie de Nice
Vendredi 23 (12h-16h), Lycée professionnel Les Palmiers, Nice (60) -Académie de Nice

_____
Mardi 27 (10h30-12h30), Collège Charles Suran, Boulogne-sur-Gesse (31) -Académie de Toulouse – RS Haute-Garonne*
Mercredi 28 (10h-12h), Lycée d’enseignement général et technologique Deodat, Toulouse (31) -Académie de Toulouse
Jeudi 29 mars (9h-11h), Lycée des Arènes, Toulouse (31) -Académie de Toulouse
Vendredi 30, Visite-rencontre à la MDJ du Collège des Chatenades de Mussidan (24) -Académie de Bordeaux*

AVRIL

Mercredi 4 (16h-19h), Rencontre au Service de Prévention Spécialisé – Association Olga Spitzer – RS Mairie de Paris-Clubs de prévention du 11ème et du 12ème*
Jeudi 5 (11h-12h30), Université de New York, Paris 5 (75)*
Lundi 16 (16h-19h) (décalé au lundi 23), Rencontre au Service de Prévention Spécialisé – Association Olga Spitzer – RS Mairie de Paris-Clubs de prévention du 11ème et du 12ème*
Mardi 17 (13h30-15h30), Lycée Professionnel Le Chesnois, La Vôge les Bains (88) -Académie de Nantes
(décalée) Mercredi 18 (14h30-16h30), Rencontre avec quatre unités de la DT PJJ Centre-Orléans -RS PJJ* 
Jeudi 19 (13h45-15h40), Lycée Pays de Condé, Condé-sur-l’Escaut (59) -Académie de Lille
Lundi 23 (15h-17h) (anticipé au lundi 16), Lycée d’enseignement général et technologique Claude de France, Romorantin-Lanthenay (41) -Académie d’Orléans-Tours
Mercredi 25 (16h-19h), Visite-Rencontre à la MDJ – RS Mairie de Paris-Clubs de prévention du 11ème et du 12ème*
Vendredi 27 (15h-16h30), Rencontre RS Développement local secteur des Faubourgs du 18e et 17e à la Maison de la vie associative et citoyenne de Paris 17

MAI

Lundi 14 (matin), Lycée Professionnel Galilée, Paris 13 (75) -Académie de Paris
Mardi 15 (14h-16h), LP Aristide Briand de Blanc-Mesnil (93) -Académie de Créteil – RS IDF*
Jeudi 17 (10h30-12h30), LP Jacques Prévert de Combs-la-Ville (77) -Académie de Créteil – RS IDF*
Jeudi 17 (15h-17h), Lycée Marguerite Yourcenar, Erstein (67) -Académie de Strasbourg – réseau ICORN/Ville de Paris*
Jeudi 17 (14h30-16h), Rencontre à l’Etablissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Porcheville -RS PJJ*
Mercredi 23 (14h30-16h30), Visite-rencontre à la MDJ adressée aux personnels du SPIP – RS Ville de Paris-SPIP*
Jeudi 24 (13h30-15h30), LP le Champ de Claye de Claye-Souilly (77) -Académie de Créteil – RS IDF*
Vendredi 25 (13h30-15h30), LP Simone Weil de Conflans-Sainte-Honorine (78) -Académie de Versailles – RS IDF*
Jeudi 31 (13h30-15h30), LPO La Mare Carrée de Moissy-Cramayel (77) -Académie de Créteil – RS IDF*
Jeudi 31 (14h30-16h30), Rencontre avec quatre unités de la DT PJJ Centre-Orléans -RS PJJ* 

JUIN

Vendredi 1er (14h30-16h30), Collège Le Champivert de Crouy-sur-Ourcq (77) -Académie de Créteil -RS Seine-et-Marne* 
Lundi 4 (10h30-12h30), Collège Le Champivert de Crouy-sur-Ourcq (77) -Académie de Créteil -RS Seine-et-Marne* 
Mardi 5 (14h-16h), Lycée Gutenberg de Créteil (94) -Académie de Créteil – RS IDF* et RS Val-de-Marne*
Vendredi 8, Lycée Antonin Artaud, Marseille (13) -Académie d’Aix-Marseille – Fédération française des Clubs UNESCO* 
Lundi 11 (13h30-15h30), Rencontre auprès de la DIR PJJ Sud-Ouest (UEAJ Poitou-Charentes) -RS PJJ* 
Mardi 12 (13h-15h),Collège Erik Satie de Mitry-Mory (77) -Académie de Créteil -RS Seine-et-Marne* 
Mercredi 13 (10h-12h), Lycée La Tournelle à La Garenne Colombes (92) -Académie de Versailles – RS IDF*
Mardi 19 (14h30-16h30), Visite de la MDJ du Collège Philippe de Commynes, Tours (37)  – Fédération française des Clubs UNESCO* 
Mardi 26 (14h-16h), Ecole Supérieure de Travail Social (ETSUP) de Paris

JUILLET

Jeudi 5 (14h30-16h), Rencontre à l’Etablissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Porcheville -RS PJJ*
Mercredi 11 (14h30-16h30), Stage « Dialogue et identité » à la MDJ – RS SPIP de Paris*
Jeudi 12 (10h-13h), Stage de Citoyenneté : Visite-rencontre à la MDJ des jeunes de la structure PJJ d’Arnouville (95) – DT PJJ Val d’Oise -RS PJJ* 

(**) les rencontres notées avec ** sont organisées dans le cadre de partenariats spécifiques

Le jeudi 24 mai, Monsieur Salah Al-Ashkar est allé à la rencontre des élèves du lycée le Champ de Claye de Claye-Souilly. Pendant deux heures, le journaliste syrien a partagé avec eux son expérience.  Cette rencontre a été organisée dans le cadre de l’opération Renvoyé Spécial, en partenariat avec le CLEMI et Presstalis. Elle a également bénéficié du soutien de la région Ile de France qui permet chaque année de programmer une dizaine d’intervention dans les lycées franciliens.

C’est dans la langue de Shakespeare que l’échange entre les étudiants et le journaliste a débuté. Madame Elodie RUMBURG, professeure d’anglais, à l’initiative du projet au sein de l’établissement, avait préparé avec la classe la rencontre. Devant une dizaine d’élèves et leurs enseignants, le journaliste Salah Al-ASHKAR a commencé par présenter son parcours, fil conducteur d’une discussion sur la situation en Syrie, celles des journalistes ainsi que sur l’intérêt de pratiquer une information libre.

Diplômé en Finance, Salah s’initie au journalisme en 2011. Sur le terrain, il relate et filme les manifestations pacifiques à Alep, organisées pour protester contre le régime de Bachar Al-Assad. Témoin des conflits, le journaliste réalise plusieurs reportages sur la situation à Alep à partir de cette date. Il est également sollicité par plusieurs médias étrangers qui reprendront ses vidéos et ses clichés. Le journaliste s’est donné une mission : informer au nom de la liberté.  Dans le collimateur du pouvoir et après un passage en prison, le journaliste choisit de travailler sous pseudonyme pour échapper aux radars du pouvoir en place et à la censure. « Salah Al-Ashkar » devient son nom d’emprunt. En 2016, la situation devenant trop dangereuse, il est contraint de quitter son pays .

Jeudi 24 mai, son témoignage a été l’occasion de revenir avec les élèves sur l’histoire de la Syrie et l’évolution du pays depuis les manifestations de 2011. Ils se sont particulièrement intéressés aux motivations du journaliste: « Regrettez-vous d’avoir effectué ce travail comme journaliste ? », lui demande l’une des élèves. Salah a payé un lourd tribut pour avoir exercé ce travail d’information en Syrie : il laisse derrière lui sa famille, ses amis et son pays natal. À cette question et malgré les risques encourus, le journaliste répond « Non, je l’ai fait pour la liberté ».

Dans la salle, les mains levées sont d’abord timides puis se dressent successivement. « Avez-vous eu peur ? », « Que faites-vous aujourd’hui en France ? Comment êtes-vous venu jusqu’ici ?» , « Quel regard portez-vous sur la situation de la presse en France ?»: les questions sont multiples. La parole du journaliste a également de déconstruire les théories que certains élèves ont pu lire sur internet, générant de nombreuses confusions. Des interrogations, le journaliste en avait également pour les élèves. La rencontre s’est ainsi achevée sur cet échange informel qui aura permis à chacun des participants de s’exprimer.

Les commentaires laissés par les élèves à l’issue de la rencontre saluent non seulement le courage du journaliste mais témoignent également de l’intérêt porté à cet échange :

« On a appris plein de choses sur la Syrie ».

« Je trouve que les journalistes en exil ont raison de parler de ce qu’ils ont vécu ».

« Ils ont le courage de dénoncer ce qu’il se passe dans leurs pays ».

« J’ai appris que filmer quelque chose peut être dangereux en Syrie ».