Articles

Rencontre Renvoyé Spécial avec le journaliste Djibril SOW (Guinée Conakry) au CFSA de l’AFTEC de Fleury-Les-Aubrais (Orléans-Tours), le 8 décembre 2016. 

Le journaliste Djibril SOW à la rencontre des apprentis
Crédits photo : Mathieu Tricard

Pendant toute la matinée, des apprentis ont pu découvrir le parcours d’un journaliste réfugié en la personne de Djibril SOW. Ce moment fut l’occasion d’échanger sur des histoires de vies parfois douloureuses comme l’étape de l’exil mais également de partager les valeurs fondamentales de la liberté d’expression et de la presse, de la tolérance et de la démocratie. La discussion s’est poursuivie sur la notion du journalisme engagé. Une rencontre enrichissante comme en témoignent les retours des élèves ci-dessous.

« C’est une très belle leçon de vie, j’ai envie de suivre son parcours »

« Djibril SOW a une manière d’apprécier les moindres petites choses et opportunités que lui offre le journalisme en France »

« J’ai été frappé par la facilité et la franchise que l’intervenant a pour parler de son histoire et de la différence entre journalisme de luxe et journalisme engagé »

« Le journalisme permet de briser la censure »

« Je lui donne tout mon respect pour avoir remonté la pente »

Lisez ci-dessous l’article « Opération « Renvoyé spécial » au CFSA de l’AFTEC » du quotidien La République du Centre sur la rencontre publié le 12 décembre 2016.

« Opération Renvoyé spécial au CFSA de l’AFTEC », La République du Centre, 12 décembre 2016

Voir ci-dessous la vidéo de la rencontre réalisée par le professeur référent Mathieu Tricard.

ssiMardi 17 novembre e mercredi 18 novembre 2015 lors de la Semaine de la Solidarité Internationale à Fontenay-Le-Comte (Vendée) : Intervention de deux journalistes de la MDJ, Bassel TAWIL (Syrie) et Alareny Baillo BAH (Guinée Conakry) accompagnés de Mme Prisca ORSONNEAU, représentante de l’association.

Matinée : Rencontre-échange au Lycée Notre Dame

Ci-dessous un extrait de l’édition du mercredi 18 de Tv Vendée :

Soirée : « La liberté de la presse dans le monde », Conférence-Témoignage de deux journalistes exilés de la Maison des journalistes   photo 1 photo 4   Mercredi 18 novembre Matinée : Rencontre-échange au Lycée François Rabelais

 

Ci-dessous l’article paru sur Ouest France le 19 novembre 2015 (cliquez ici pour afficher l’article en version originale) :
article OF 2015 11 19

Cliquez ici pour télécharger la plaquette de la Semaine de la Solidarité Internationale

Dans le cadre du partenariat avec le Washington Post, la MDJ publie ci-dessous les interviews vidéos des journalistes de la Maison des journalistes.

sirine« Now I’m not able to live safely in any country that has Islamists, because my life is at risk. » (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Tunisia. Sirine Amari is a Tunisian war correspondent who covered conflict in Libya for France 24. After receiving threats from Muslim extremist groups, she fled to Paris, where she was supported by La Maison des Journalistes, a nonprofit organization that provides assistance to exiled journalists.

bassel“They harassed and threatened us.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Syria. When his hometown of Homs came under siege, Bassel Tawil picked up a camera and photographed the Syrian war. His work has been published by Agence France-Presse, Getty, the Boston Globe, the Los Angeles Times, Newsweek and other media outlets. When he tried to leave Homs, he was detained and beaten for 10 days. He eventually escaped to Lebanon and then fled to France. He a founding member of Lens of a Young Homsi, a photography collective that continues to document the destruction of Homs.

makaila“Reporters are not free to speak out against the government.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Chad. Makaila Nguebla is a prominent blogger from Chad. He wrote critically about Chadian President Idriss Deby, who has been in power since 1990. In 2005, he fled to Senegal, where he ran a radio show and continued to blog. In 2013, Reporters without Borders and Amnesty International helped Nguebla seek asylum in France. He lives at the La Maison des Journalistes, a Paris-based nonprofit that provides assistance to exiled journalists including housing.

burundi“The authorities did not want the journalists to talk about it.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Burundi. According to the Committee to Protect Journalists, at least 100 reporters have fled Burundi in the past year as press freedom deteriorates in the country. The broadcast journalist, who asked to remain anonymous to protect her family, sought asylum in France after receiving death threats on her phone. Since she left the country, African Public Radio, where she worked, was attacked, set on fire and forced to close. In France, she was granted a spot at the La Maison des Journalistes, a Paris-based nonprofit that provides assistance to exiled journalists including housing.

gulasal“Even [as] my life was in danger, I continued to do my work.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Uzbekistan. Gulasal Kamolova worked as a TV news reporter in Uzbekistan for 12 years before joining Radio Free Europe. After blogging critical views of the government, she was questioned and threatened by the local authorities. She now lives in France.

tarek“We could only write under the dictations of the regime.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Syria. Tarek Sheikh Moussa was arrested in Syria for his critical views of Syrian President Bashar al-Assad. He went to Jordan, where he worked for local TV stations and reported on events in Syria. He was unsafe in Jordan and eventually fled to France, where he received support from La Maison des Journalistes.

nabil“The Middle East … has become a place of weapons and not a place of pens.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Syria. Nabil Shofan is a broadcast journalist from Homs. After Syrian authorities accused him of treason he fled to Jordan. There he worked for local TV and radio stations covering Syria. He now lives in Paris, where he contributes to several Arabic-language media outlets including Alaan TV and Rozana Radio. Shofan was a founding member of the Syrian Center for Press Freedom.

iyad“In June 2013, my house got raided.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Syria. Iyad Abdallah is a writer and philosopher. He is a founding editor of Al-Jumhuriya, Study of the Syrian Revolution, where he wrote critically of Syrian President Bashar al-Assad. After an interrogation, his home in Damascus was raided and he fled to Lebanon. There, the French Embassy helped him travel to France, where he was assisted by La Maison des Journalistes.

cherif“I keep doing my work because we simply cannot yield.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Guinea Conakry. Sekou Cherif Diallo’s blog “Another Guinea is Possible” focuses on political violence in that country. He was forced to flee his homeland in December 2013 because of his work assisting the European Union monitoring the country’s legislative elections. He now lives in France where he is supported by La Maison des Journalistes a Paris-based nonprofit that provides assistance to exiled journalists.

mourad“[Journalists] are seen as people to bring down or silence.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Algeria. Mourad Hammami is a Berber broadcast journalist who worked for several media outlets in Algeria, including Expression, Liberte, La Dépêche de Kabylie, Le Jeune Independent and Berber Television. After receiving threats, he fled in 2013 to France, where he has been receiving support from La Maison des Journalistes.

behzad“There were government officials and powerful figures who did not want us to succeed in our mission and reach our goals.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Afghanistan. Behzad Qayomzada was a member of the Afghanistan National Journalists’ Union. He was trained by the Nai-Supporting Open Media in Afghanistan, a nongovernmental organization that works locally to empower independent media and promote freedom of expression. Just around the time that he began focusing his reporting on women’s rights in Afghanistan, he began to receive anonymous death threats. He fled to France in 2011, where he was supported by La Maison des Journalistes, a Paris-based nonprofit that helps exiled journalists.

raafat“The Saudi General Intelligence arrested me because of my reporting.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Syria. Raafat Alghanem grew up in Saudi Arabia. He was imprisoned for two years for blogging critically of the Saudi government. After being released from prison in 2011, he was sent to Syria, where he filmed and wrote about the Syrian revolution. For that work, he was imprisoned in Syria. When he was released, he fled to Jordan and now lives in France.

le progresRencontre avec le journaliste Alareny BAH (Guinée Conakry) au Lycée Jean Puy / Roanne (Lyon / Rhône-Alpes), le lundi 23 mars 2015.

Cliquez ici pour lire l’article paru dans Le Progres, le 25 mars 2015

Ci-dessous les compte-rendus des élèves :

Turhan – Tardy

Guillard

Nuel

Broniarz Benassar -Peyron

Godard-Monteux

Gautron

Bruel-Benslimane

Emma – Camille

Brossat-Pique

Bobllon-Chossonnerie-Parra

Ci-dessous la vidéo réalisée par des élèves participant à la rencontre :

 Ci-dessous quelque commentaire des élèves suite à la rencontre : 

La liberté de la presse est importante parce que cette liberté est celle qui assurer une démocratie. Elle permet de pouvoir entendre toutes les opinions.

C’était une découverte, une ouverture d’esprit qui permet de se rendre compte à quel point nous sommes chanceux en France. Et c’est encore une preuve qu’il faut toujours se battre dans la vie !

[Les journalistes NDR] ce sont les justiciers, ils devraient être plus nombreux à vouloir de révéler la vérité et on ne devrait pas les exiler ou les négliger comme ça.

Je souhaite leur dire [aux journalistes NDR] que tout est possible et qu’il garde espoir et qu’un jour leur combat portera ses fruits ! Et que le journalisme sera libre un jour.

Paru dans www.clubdelapressenpdc.org, le mardi 31 mars 2015

Le Club de la presse Nord-Pas de Calais se mobilise régulièrement et dès que nécessaire pour défendre la liberté de la presse et celle des journalistes. Liberté d’opinion, liberté d’expression, des notions chères à notre démocratie, mais dont le respect est loin d’être acquis dans le monde, ni même dans l’hexagone. L’assassinat de 12 personnes dans la rédaction de Charlie Hebdo en a été un cruel rappel. Dans ce contexte, le Club de la presse s’est associé aux étudiants en master de l’association RESIPROC (réseau des spécialistes en ingénierie des projets de coopération) pour l’organisation d’un débat sur l’influence de la coopération internationale dans la propagation du concept de liberté de la presse. Le débat, animé par Nicolas Kaciaf, maître de conférences à l’IEP de Lille spécialisé en sociohistoire du journalisme et des médias et en sociologie de la communication, s’est tenu le 11 mars au Club de la presse.

Evry Archer, journaliste haïtien, également psychologue et médecin psychiatre, président fondateur de la Communauté haïtienne du NpdC, Sékou Chérif Diallo, journaliste et sociologue guinéen, Mathieu Hébert, président du Club de la Presse et Nicolas Kaciaf, maître de conférences à l’IEP de Lille et animateur de la soirée

Evry Archer, journaliste haïtien, également psychologue et médecin psychiatre, président fondateur de la Communauté haïtienne du NpdC, Sékou Chérif Diallo, journaliste et sociologue guinéen, Mathieu Hébert, président du Club de la Presse et Nicolas Kaciaf, maître de conférences à l’IEP de Lille et animateur de la soirée

Pour introduire le débat, Nicolas Kaciaf a invité deux journalistes étrangers exilés en France à témoigner de leur expérience de la liberté de la presse : Evry Archer, journaliste haïtien, psychologue, fondateur de la Communauté haïtienne du Nord-Pas de Calais qu’il préside encore aujourd’hui et Sékou Chérif Diallo, journaliste et sociologue, contraint de quitter la Guinée pour son engagement et ses prises de positions politiques, actif depuis la Maison des journalistes de Paris. Au-delà des spécificités historiques propres à chaque pays, les récits des deux intervenants comportent de nombreuses similitudes. Les régimes répressifs et dictatoriaux finissent toujours par contrôler la presse, soit pour faciliter leur installation soit pour pérenniser leur emprise sur la société. Pour illustrer son propos, Evry Archer a cité l’exemple des lois votées en 1979 à Haïti qui prévoyaient des peines de trois ans de prison pour insulte à un membre du gouvernement et des forces de l’ordre. En plus d’une répression institutionnalisée, les journalistes ont également subit des intimidations, des assassinats. Le musellement peut être plus insidieux, comme l’a démontré Sékou Chérif Diallo. Après l’élection de l’opposant historique Alpha Condé lors de la présidentielle guinéenne en 1990, l’espérance d’une ouverture démocratique a fait long feu. L’état, usant de sa position de principal bailleur des médias, exerce sur eux une pression financière, réduisant fortement leur autonomie et la portée des voix de l’opposition. La presse est pourtant essentielle pour « instiller une culture de la démocratie » auprès d’une population qui n’y est pas habituée.

Quelle forme peut prendre la coopération internationale en matière de liberté de la presse ? Comme l’a rappelé Mathieu Hébert, président du Club de la presse, l’histoire de l’association recèle des exemples concrets. En 1993, alors que l’Algérie vit sa « décennie noire » et fait face aux attaques de plusieurs groupes terroristes (FIS, AIS, GIA, GSPC), Philippe Allienne, alors administrateur de l’association, s’était rendu sur place pour rencontrer des journalistes algériens. Le Club de la presse a ensuite proposé d’aller plus loin en invitant ces confrères à venir raconter comment et dans quelles conditions ils travaillaient et relataient les événements malgré les risques. En 1995, c’est un projet de plus grande ampleur qui est lancé : l’APAIS, Agence de presse autonome, internationale et solidaire. Même si elle a eu une durée de vie relativement courte, huit mois, et qu’elle n’a pas obtenu son agrément, l’agence a diffusé une lettre d’information hebdomadaire et une note d’info (plusieurs fois par semaine) auxquelles ont collaboré des journalistes algériens. La brièveté de l’expérience n’en diminue pas l’ambition, l’existence même de cette tentative montre qu’une initiative internationale peut exister en dehors des grandes ONG.

Coopération, mode d’emploi

Kag Sanoussi, expert en prévention et gestion des conflits, et Laurent Allary, conseiller auprès du DG de la CFI - Agence française de coopération des médias

Kag Sanoussi, expert en prévention et gestion des conflits, et Laurent Allary, conseiller auprès du DG de la CFI – Agence française de coopération des médias

Laurent Allary, conseiller auprès du directeur général de l’Agence française de coopération des médias, est un professionnel de la question. Cette structure, dépendante du ministère des Affaires étrangères et du développement international, est chargée de coordonner et d’animer la politique française d’aide au développement en faveur des médias du Sud. Les actions sont menées de façon pragmatique, avec une évaluation préalable des besoins locaux avant la mise en place de solutions adaptées. Un modèle qui se veut loin des anciens schémas de relation Nord-Sud. L’Agence est donc active sur le terrain pour former des journalistes à la fois aux techniques de diffusion, mais aussi à la prise de recul, à l’application de méthodes journalistiques. En fonction du pays, les réalités historiques et politiques obligent à une adaptation ; former d’anciens activistes de la révolution en Tunisie ou des Birmans qui découvrent la liberté après plusieurs décennies de dictature militaire ne demandera pas la même méthodologie. Laurent Allary rappelle que « dans un pays où il n’y avait aucune information, on part de zéro et le public ne comprendra pas forcément tout de suite l’intérêt de l’information ». En l’occurrence c’est à travers le football et le journalisme sportif qu’ont été transmises les techniques et méthodes : mener un interview, mettre en place un direct… avec l’espoir que cela soit mis en application dans d’autres domaines, les prochaines élections par exemple. Le pragmatisme défendu implique également une réflexion sur le statut des journalistes dans le pays. L’information ne nourrit pas les gens, il convient donc de trouver des modèles économiques qui permettent aux journalistes de vivre de leur travail. L’intervenant résume ainsi la philosophie qui guide le développement des projets de l’Agence : « le journalisme ne fait pas la démocratie, c’est une brique dans la construction du pluralisme ».

« Un bon journaliste est un journaliste vivant », cette citation à rebours de l’image idéaliste du journaliste, est à attribuer à Kag Sanoussi, président de l’Institut international de gestion des conflits. Ce dernier a attiré l’attention des participants sur la question de responsabilité des journalistes et leur rôle dans les conflits. Dans son raisonnement, l’information est une source de conflit et le journaliste doit donc toujours se poser la question de l’intérêt de la divulguer. S’il est vrai que les médias peuvent clarifier des situations, humaniser un conflit et qu’ils doivent contextualiser les informations, les questions venant de la salle ont montré que cette vision n’était pas entièrement partagée. Par une auto-censure trop poussée, la presse ne limiterait-elle pas elle-même sa liberté ? Ne peut-on pas considérer que les journalistes peuvent aussi bousculer positivement les institutions ? Là encore, tous les pays n’ont pas le même historique de la pratique de la liberté, l’avis de leurs ressortissants en est forcément le reflet.

Le débat reste ouvert sur de nombreuses questions, il aura eu le mérite d’illustrer la notion de coopération internationale en matière de liberté des médias.

N.B.
Photos : Gérard Rouy

Rencontre avec Djibril SOW (Guinée Conakry) au Lycée Jean Moulin / Châteaulin (Rennes / Bretagne), le jeudi 26 mars 2015.

Le reportage de Tébéo TV

Liberté de la presse : Rencontre avec un… par TeBeO

Cliquez ici pour lire l’article publié dans Ouest France, le 27 mars 2015.

Cliquez ici pour lire l’article publié dans Le Télégramme, le 28 mars 2015.

Ci-dessous quelque commentaire des élèves suite à la rencontre :

Le journaliste a un rôle crucial dans la société : dénoncer, lutter contre le conservatisme.

[Je voudrais répéter cette rencontre, NDR] car c’est une expérience peu commune et très enrichissante qui dépasse le stade du journalisme pour aller vers un stade humain.

Cette situation [des journalistes exilés, NDR] ne devrait pas exister, tout simplement.

Je veux leur donner [aux journalistes exilés, NDR] du courage et leur dire qu’il n’y a rien de plus important que la liberté et que la défendre est un honneur et une fierté.

Elle [la liberté de la presse NDR] est importante car nous devons pouvoir nous informer sur tous les sujets afin de ne pas être manipulés par l’Etat en question.