[PORTRAIT] Le recruteur a tenté de profiter de son ambition afin qu’Anderson travaille gratuitement car, «tu comprends, il n’y a pas d’argent dans la profession». Son rêve de devenir journaliste fut, au fur et à mesure, mis en péril par la précarité de l’île.