Articles

​COMMUNIQUE DE PRESSE (Paris, le 20 octobre 2015)

Aides aux exilés

La Maison des journalistes appelle aux dons

La question des exilés est un sujet d’actualité quotidien depuis 2002 pour la Maison des journalistes (MDJ). Cette association d’utilité publique, d’un genre unique dans le monde, accueille et accompagne les journalistes contraints de fuir leurs pays d’origine où la liberté de la presse et la liberté d’expression sont gravement mises en cause. Parallèlement, la Maison des journalistes a aussi pour mission d’informer et de sensibiliser l’opinion aux questions liées à la liberté d’expression, notamment dans les lycées et les universités.

Des dons défiscalisés

Pour financer ses actions, la Maison des journalistes a notamment besoin de vos dons. Notez que ceux-ci vous permettent de bénéficier d’une réduction d’impôts à hauteur de 66 % du don accordé. Ainsi, si vous donnez 100 €, il ne vous en coûtera que 34 € en réalité pour l’année fiscale concernée. Vous avez jusqu’au 31 décembre pour que votre don soit pris en compte par l’administration fiscale au chapitre de l’année 2015, au regard des dispositifs mis en place par la loi de Finances actuellement en vigueur.

En précisant bien vos coordonnées, envoyez un chèque à :

 La Maison des journalistes, 35 rue Cauchy 75015 Paris

 Un reçu fiscal vous sera adressé en retour.

 

Vous pouvez télécharger un bulletin de versement sur le site :

www.maisondesjournalistes.org

 

Pour plus de précisions, n’hésitez pas à prendre directement contact avec :

 

LA MAISON DES JOURNALISTES

35, Rue Cauchy 75015 Paris – France

Tél. 01 40 60 04 06 – Fax. 01 40 60 66 92

mdj@maisondesjournalistes.org

www.maisondesjournalistes.org

 

Saida HUSEYNOVA

Chargée de fundraising et partenariats

saida.huseynova@maisondesjournalistes.org

 

Lisa Viola ROSSI

Chargée de communication et partenariats

lisaviola.rossi@maisondesjournalistes.org

 

 

A PROPOS DE LA MAISON DES JOURNALISTES

Installée dans le 15ème arrondissement de Paris (France), la MDJ dispose de 14 chambres qui abritent des journalistes exilés. La maison est dirigée par Darline Cothière. Fondée par la journaliste Danièle Ohayon et le réalisateur Philippe Spinau, l’association est présidée par Christian Auboyneau producteur et journaliste. La vice-présidence est assurée par Albéric de Gouville, rédacteur en chef à France 24.

Cliquez ici pour télécharger le communique de presse

affiche defDeux jours de dialogues, d’informations, de témoignages, de spectacles à ne pas rater autour de la liberté de la presse…

Des personnalités tels que les dessinateurs Placide et Roger Thisselin, Antonio Fischetti journaliste de la rédaction de Charlie Hebdo (a passé son enfance de Blanzy), Jérémy Demay, journaliste, membre de Reporters sans Frontières, Marie-Angélique Ingabire ex-journaliste de la TV rwandaise, de la Maison des journalistes, Laurent Sniezeck et Nathalie Barbery (CLEMI) spécialistes de la presse internet échangeront leurs points de vue avec le public.

La troupe IRE en déambulation viendra ponctuer ces moments par leur humour corrosif.

Ces deux jours vous pourrez trouver dans la salle : une exposition de dessins de Placide, les caricaturistes réaliseront des dessins en direct, dédicaces des invités, libraires, bouquinistes, vidéos sur les dangers internet, stands Amnesty International, BDSL 71, etc…

Un Week-End à ne surtout pas manquer au Breuil – Saône-et-Loire, Bourgogne – Tél : 03 85 55 28 78 – Fax : 03 85 56 08 59

programme 17 octobre programme 18 octobre

Dans le cadre du partenariat avec le Washington Post, la MDJ publie ci-dessous les interviews vidéos des journalistes de la Maison des journalistes.

sirine« Now I’m not able to live safely in any country that has Islamists, because my life is at risk. » (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Tunisia. Sirine Amari is a Tunisian war correspondent who covered conflict in Libya for France 24. After receiving threats from Muslim extremist groups, she fled to Paris, where she was supported by La Maison des Journalistes, a nonprofit organization that provides assistance to exiled journalists.

bassel“They harassed and threatened us.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Syria. When his hometown of Homs came under siege, Bassel Tawil picked up a camera and photographed the Syrian war. His work has been published by Agence France-Presse, Getty, the Boston Globe, the Los Angeles Times, Newsweek and other media outlets. When he tried to leave Homs, he was detained and beaten for 10 days. He eventually escaped to Lebanon and then fled to France. He a founding member of Lens of a Young Homsi, a photography collective that continues to document the destruction of Homs.

makaila“Reporters are not free to speak out against the government.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Chad. Makaila Nguebla is a prominent blogger from Chad. He wrote critically about Chadian President Idriss Deby, who has been in power since 1990. In 2005, he fled to Senegal, where he ran a radio show and continued to blog. In 2013, Reporters without Borders and Amnesty International helped Nguebla seek asylum in France. He lives at the La Maison des Journalistes, a Paris-based nonprofit that provides assistance to exiled journalists including housing.

burundi“The authorities did not want the journalists to talk about it.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Burundi. According to the Committee to Protect Journalists, at least 100 reporters have fled Burundi in the past year as press freedom deteriorates in the country. The broadcast journalist, who asked to remain anonymous to protect her family, sought asylum in France after receiving death threats on her phone. Since she left the country, African Public Radio, where she worked, was attacked, set on fire and forced to close. In France, she was granted a spot at the La Maison des Journalistes, a Paris-based nonprofit that provides assistance to exiled journalists including housing.

gulasal“Even [as] my life was in danger, I continued to do my work.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Uzbekistan. Gulasal Kamolova worked as a TV news reporter in Uzbekistan for 12 years before joining Radio Free Europe. After blogging critical views of the government, she was questioned and threatened by the local authorities. She now lives in France.

tarek“We could only write under the dictations of the regime.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Syria. Tarek Sheikh Moussa was arrested in Syria for his critical views of Syrian President Bashar al-Assad. He went to Jordan, where he worked for local TV stations and reported on events in Syria. He was unsafe in Jordan and eventually fled to France, where he received support from La Maison des Journalistes.

nabil“The Middle East … has become a place of weapons and not a place of pens.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Syria. Nabil Shofan is a broadcast journalist from Homs. After Syrian authorities accused him of treason he fled to Jordan. There he worked for local TV and radio stations covering Syria. He now lives in Paris, where he contributes to several Arabic-language media outlets including Alaan TV and Rozana Radio. Shofan was a founding member of the Syrian Center for Press Freedom.

iyad“In June 2013, my house got raided.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Syria. Iyad Abdallah is a writer and philosopher. He is a founding editor of Al-Jumhuriya, Study of the Syrian Revolution, where he wrote critically of Syrian President Bashar al-Assad. After an interrogation, his home in Damascus was raided and he fled to Lebanon. There, the French Embassy helped him travel to France, where he was assisted by La Maison des Journalistes.

cherif“I keep doing my work because we simply cannot yield.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Guinea Conakry. Sekou Cherif Diallo’s blog “Another Guinea is Possible” focuses on political violence in that country. He was forced to flee his homeland in December 2013 because of his work assisting the European Union monitoring the country’s legislative elections. He now lives in France where he is supported by La Maison des Journalistes a Paris-based nonprofit that provides assistance to exiled journalists.

mourad“[Journalists] are seen as people to bring down or silence.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Algeria. Mourad Hammami is a Berber broadcast journalist who worked for several media outlets in Algeria, including Expression, Liberte, La Dépêche de Kabylie, Le Jeune Independent and Berber Television. After receiving threats, he fled in 2013 to France, where he has been receiving support from La Maison des Journalistes.

behzad“There were government officials and powerful figures who did not want us to succeed in our mission and reach our goals.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Afghanistan. Behzad Qayomzada was a member of the Afghanistan National Journalists’ Union. He was trained by the Nai-Supporting Open Media in Afghanistan, a nongovernmental organization that works locally to empower independent media and promote freedom of expression. Just around the time that he began focusing his reporting on women’s rights in Afghanistan, he began to receive anonymous death threats. He fled to France in 2011, where he was supported by La Maison des Journalistes, a Paris-based nonprofit that helps exiled journalists.

raafat“The Saudi General Intelligence arrested me because of my reporting.” (Cliquez ici pour voir la vidéo)
Syria. Raafat Alghanem grew up in Saudi Arabia. He was imprisoned for two years for blogging critically of the Saudi government. After being released from prison in 2011, he was sent to Syria, where he filmed and wrote about the Syrian revolution. For that work, he was imprisoned in Syria. When he was released, he fled to Jordan and now lives in France.

Un refuge pour la liberté de la presse
Par Lucas CHEDEVILLE, publié le 8 Septembre 2015 sur Le journal international

Algériens, Ivoiriens, Congolais, Syriens, Arméniens, Ouzbeks, depuis sa création en 2002 la Maison des journalistes a accueilli près de 300 journalistes étrangers, venus de soixante pays différents. Unique au monde, l’association se dresse en rempart pour la liberté de la presse, trop souvent mise à mal autour du globe.

Pour continuer à lire l’article, cliquez ici.

ji jilc

Cliquez ci-dessous pour voir le reportage de Télématin diffusé le mercredi 9 septembre sur France 2.
« Olivia Schaller nous emmène dans un lieu unique au monde « la Maison Des Journalistes » qui depuis 2002 accueille et accompagne des journalistes réfugiés politique. »

Interview à :
Darline Cothière, directrice de la MDJ
Bassel Towil, photographe syrien
Mohmad Al Asbatt, journaliste soudanais

Resistência contra a censura: casa em Paris oferece asilo para jornalistas refugiados
Vítimas de perseguição em seus países tentam reconstruir carreira

Article paru dans Oglobo.com par Fernando EICHENBERG, le 22 février 2015

Résistance contre la censure: une maison à Paris offre l’asile aux journalistes réfugiés
Victimes de persécution dans leur pays tentent de reconstruire carrière

Traduction du portugais au français par Frédéric ROY et Manuel DOS SANTOS 

oglobo
PARIS – L’immeuble du 35 de la rue Cauchy, au coin de la rue Saint Charles, dans le sud-ouest de Paris, est la maison de locataires atypiques. Tous ses résidents sont des journalistes en exil, ayant connu menaces, harcèlement, emprisonnement ou torture dans leur pays d’origine. La « Maison des Journalistes » se revendique comme le seul endroit au monde, qui depuis 2002 accueille les réfugiés des médias et les aide à démarrer une nouvelle vie à l’étranger.
La directrice de la maison, Darline Cothière, a elle-même fuit Haïti. Elle est fière de ce lieu mais regette :
– Malheureusement, cette maison ne fermera pas ses portes de sitôt compte tenu de la quantité de journalistes du monde entier qui ont besoin d’un refuge – dit-elle assise dans son bureau du rez de chaussée.
Avec deux étages, un sous-sol et une mezzanine pour une surface d’environ 750 m², la « Maison » dispose de 15 chambres disponibles. La période de séjour varie de six à huit mois, soit la possibilité pour ces journalistes d’obtenir les documents nécessaires et un hébergement de substitution. Les locaux sont mis à disposition par la Mairie de Paris, et environ 350 000 € sont nécessaires à l’entretien de la maison, à l’aide matérielle aux journalistes. Ces fonds proviennent principalement des dons des médias français et du fonds européen pour les réfugiés.

Depuis trois ans, nous recevons principalement des Syriens. Les demandes d’hébergement sont un genre de baromêtre, ils révèlent les zones de conflit et la situation de la presse dans le monde. Il y eu une vague d’Afghans en 2010-11, Plus tôt c’étaient des Irakiens. Nous recevons des Iraniens, des bengalis, des Tibétains. Les journalistes Africains sont également nombreux, des Zambiens, des Rwandais, des Congolais, des Guinéens sont passés par la Maison et puis des Cubains, des Haïtiens des Argentins, un Colombien et un Vénézuélien pour le continent américain,. Les Chinois sont peu représentés parce qu’ils sont très contrôlés, ils sont bloqués et ne peuvent pas quitter le pays – dit la directrice.

Entre Assad et l’État islamique

 Le photojournaliste Muzzafar Salman, 38 ans, originaire de la ville syrienne de Homs, a atterri à la « Maison » en Avril de l’année dernière. Il avait collaboré avec les agences Reuters et Associated Press. Il a publié ses travaux dans les journaux syriens durant toute l’année 2013, il a photographié depuis le front la ville d’Alep, l’un des principaux théâtre de l’affrontement entre rebelles syriens et forces gouvernementales.

– Nous sommes habitués au danger. Au début de la révolution, les risques étaient normaux. Mais quand vous voyez des djihadistes vouloir vous enlever et vous tuer, c’est différent. En Octobre 2013, l’État islamique a essayé de me kidnapper, mais les rebelles m’ont protégé et m’ont sauvé. Après cela, j’y suis retourné plus de cinq fois, avec l’appareil caché mais il était devenu très facile d’être enlevé, et j’ai décidé de fuir.
Salman s’est rendu au Liban avec sa femme et a demandé l’asile politique à l’ambassade française. Sa maison a été détruite à Damas. Dans la capitale syrienne, il avait déjà été emprisonné pendant cinq jours à cause des photos de manifestations dans les rues, quatre mois après le début du conflit. Ecarté en 2011 du journal « Al-Watan », où il a dirigé le département de la photographie, il envoyait parfois son travail à Associated Press mais sans le signer pour éviter les menaces.

– J’ai des amis à Alep qui ont été enlevés par l’EI et je ne les ai pas entendu depuis. J’ai perdu un très bon ami, artiste, décédé en prison à Damas. Premièrement, les autorités ont appelé ses parents, mais sans communiquer quoi que ce soit. Ils étaient heureux parce qu’ils pensaient que leur fils serait libéré. La mère a préparé un repas spécial ce jour-là et a acheté de nouveaux vêtements pour lui, mais quand ils sont arrivés à la prison ils ont découvert que ce était pour récupérer le corps. Ça a été un moment d’une cruauté extrême- conte-t-il.
Même limité dans ses déplacements, la photographie n’est pas sortie de sa vie quotidienne, et en Avril la « Maison » organisera une exposition de 70 de ses photos des affrontements à Alep.
– Je continue à travailler. Photographe tous les jours, je mène un projet avec des familles de réfugiés syriens en France. Mais ce dont nous avons besoin, c’est de mettre fin à cette guerre, pour arrêter ces décès – ajoute-t-il.

Au sous-sol, Sirine Ameri, 22, assiste à un cours de français. D’origine tunisienne, elle a travaillé comme journaliste de télévision en Libye. Ses problèmes ont commencé en 2014, alors qu’elle collaborait avec la rédaction arabe de France24, quand elle a commencé à recevoir les menaces répétées de la milice islamiste Fajr-Libye. Le 17 Novembre de l’année dernière, elle a subi un interrogatoire de 4 heures avec les services de renseignement du pays.

– Il n’y a pas de liberté d’expression en Libye. Les milices islamiques attaquent tout le monde. Le Fajr-Libye m’a envoyé une lettre de menaces. J’ai fait une demande d’asile ici parce que je ne voulais pas rester et mourir – dit-elle. – Je ne veux pas vivre dans un pays islamique ou en conflit permanent et je veux retourner au travail. Mais la chose que je désire avant tout est de vivre.

 

 

Projet par le gouvernement de la Guinée
La trajectoire d’Alareny Baillo Bah, 36 ans, de Guinée, n’est pas très différent dans son essence. Journaliste de la Radio Télévision de Guinée (RTG), réseau national du pays, il a été menacé et brutalisé à maintes reprises en révélant des informations compromettantes et incriminant le pouvoir en place, lui est réfugié en France depuis Juin 2014.
Destiné à travailler comme détaché au ministère de l’Énergie, il n’a pas été effrayé de signaler les irrégularités dans les contrats d’appels d’offres publics pour les barrages hydro-électriques et les achats de matériaux de construction dans le pays.
Les médias privés ont commencé à m’interviewer. Le ministère m’a écarté et j’ai été déclaré persona non grata. J’ai commencé à recevoir des menaces écrites et téléphoniques. J’ai été attaqué à plusieurs reprises par des groupes armés, ils me déshabillaient et me battaient. Une autre fois, dans une poursuite, ma voiture a été volontairement accidentée, des coups de feux ont été donnés. C’est à ce moment que j’ai réalisé qu’il fallait fuir.
Aujourd’hui, il collabore avec le blog « L’œil de l’exilé », publié par la « Maison », et participe également au programme « renvoyé spécial » où il anime des réunions avec des lycéens pour raconter son histoire. Musulman et religieux, il a participé à la grande manifestation contre les récentes attaques terroristes à Paris.
– La liberté d’expression en Afrique n’existe que lorsque vous soutenez le gouvernement. Si vous êtes contre, vous êtes une cible et abattu. Je suis journaliste, je l’ai toujours été et je ai peur de rester ici et travailler comme ouvrier, charpentier, chauffeur ..