Articles

inter treizeLe reportage sur la Maison des journalistes diffusé dans les 13 heures de France Inter du 29 décembre 2015.
Par Hodane Hagi Ali.

Interviews à Bahram Rashwangar (Afghanistan) et Yvette Murekasabe (Burundi).

Pour écouter le podcast, cliquez ici.

Appel aux dons FB fin 2015_MDJ
Bonne résolution pour 2016 :
JE FAIS UN DON À LA MAISON DES JOURNALISTES
AVANT LE 31 DÉCEMBRE, VOTRE DON sera défiscalisé à hauteur de 66 %. Ainsi, si vous donnez 100 euros, vous n’en dépenserez, en fait, que 34.

La Maison des journalistes appelle aux dons
La question des exilés est un sujet d’actualité quotidien depuis 2002 pour la Maison des journalistes (MDJ). Cette association d’utilité publique, d’un genre unique dans le monde, accueille et accompagne les journalistes contraints de fuir leurs pays d’origine où la liberté de la presse et la liberté d’expression sont gravement mises en cause. Parallèlement, la Maison des journalistes a aussi pour mission d’informer et de sensibiliser l’opinion aux questions liées à la liberté d’expression, notamment dans les lycées et les universités.

Pour plus de précisions, n’hésitez pas à prendre directement contact avec :
LA MAISON DES JOURNALISTES
35, Rue Cauchy 75015 Paris – France
Tél. 01 40 60 04 06
mdj@maisondesjournalistes.org
www.maisondesjournalistes.org
Je suis pour la ‪#‎liberté‬ d’information
Je soutiens les ‪#‎journalistes‬ ‪#‎réfugiés‬

« Carte de presse en exil »

Par Jean-Claude RENARD, article paru sur Politis n° 1382-83-84 ≥ du 17 décembre 2015 au 6 janvier 2016

Crédits photo : Lisa Viola ROSSI / MDJ

Traqués, persécutés, interdits. En butte aux autorités, avec une liberté d’expression muselée. La Maison des journalistes (MDJ) abrite un arc-en-ciel de cartes de presse en exil. Une cosmogonie pêle-mêlant les nationalités, des hommes, des femmes, avec leur culture, leur langue, leurs itinéraires différents. Des journalistes venus pour la plupart aujourd’hui de Syrie, d’Iran, de Turquie, de République démocratique du Congo ou du Burundi, mais encore du Bangladesh et d’Afghanistan, victimes de répression, accueillis dans une Maison représentant, mine de rien, le sismographe de la situation de la presse dans le monde. Créée en 2002, la MDJ a d’abord ouvert ses portes à Bobigny, avant de s’implanter dans le XVe arrondissement parisien, au 35, rue Cauchy, dans les murs d’une ancienne usine. Elle est financée à hauteur de 350 000 euros par an par la Mairie de Paris, des médias parrains (TV5 Monde, Arte, RFI, Radio France, notamment), Presstalis, des organismes comme la Scam et le Comité de protection des journalistes.
Sur place, les journalistes y trouvent un accueil plus que chaleureux. Un accompagnement, d’abord, dans leurs démarches administratives, juridiques et professionnelles, tandis que leur sont proposés des activités culturelles, des rencontres avec leurs homologues français, des ateliers de formation, dont les cours de français sont évidemment le point d’orgue, et une aide pour ceux ayant acquis le statut de réfugié politique afin de retrouver un emploi. Mais la MDJ se veut aussi un lieu de résidence, disposant d’installations communes et de quatorze chambres pour loger demandeurs d’asile et réfugiés pour une durée minimum de six mois (et ils sont accompagnés après leur départ). Vivre ensemble ici, c’est peu dire. En une dizaine d’années, ce sont 319 journalistes qui ont déjà transité par ce lieu de renaissance et de résurrection. Curieusement, s’il y a eu quelques tentatives en Espagne ou en Allemagne, cette structure peut se targuer d’être unique au monde. « Est-ce dû à une solidarité plus forte, à une attention à la liberté d’expression ? Qui sait ? Peut-être est-ce lié au siècle des Lumières, à une tradition révolutionnaire ? », s’interroge Denis Perrin, journaliste et membre du conseil d’administration de la MDJ. En attendant, elle propose des missions d’information au public, des actions de sensibilisation articulées autour de la liberté de la presse. Parce qu’il ne s’agit pas là seulement de défendre une corporation.

Cliquez ici pour télécharger l’article

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Paris, le 3 décembre 2015

De manière exemplaire et concrète la Maison des journalistes (MDJ) agit face aux extrémismes. L’actualité illustre, dans son horreur quotidienne, la validité de cette initiative.

Montant en puissance depuis sa création en 2002, la Maison des journalistes accueille et accompagne des journalistes contraints à l’exil en France. Elle leur donne aussi les moyens de continuer à informer le public, notamment via le site web qui leur est dédié : www.loeildelexile.org.
Pas moins de 319 professionnels issus de 57 pays ont bénéficié du soutien de la Maison des journalistes. A ce jour, 74 femmes et 245 hommes ont été pris en charge.
La moyenne d’âge des journalistes concernés est de 31 ans.
Les régions du monde dont ils sont principalement issus correspondent aux zones de guerre et aux pays sous tension. Ceux-ci évoluent suivant les époques.
Selon les statistiques de la MDJ établies depuis sa création, les trois principaux pays d’origine sont : la Syrie, l’Iran et la Turquie. Vient ensuite le continent africain avec ses nombreux points chauds (Algérie, Congo RDC, Cameroun ou Burundi, notamment) mais aussi le Bangladesh ou l’Afghanistan.
Afin de poursuivre sa tâche, la Maison des journalistes a besoin de votre soutien et fait appel aux dons. Pour plus d’informations : www.maisondesjournalistes.org.

Cliquez ici pour télécharger le communiqué de presse.

Contacts presse :
La Maison des journalistes – Tél. 01 40 60 04 06 – communication@maisondesjournalistes.org

 

​COMMUNIQUE DE PRESSE (Paris, le 20 octobre 2015)

Aides aux exilés

La Maison des journalistes appelle aux dons

La question des exilés est un sujet d’actualité quotidien depuis 2002 pour la Maison des journalistes (MDJ). Cette association d’utilité publique, d’un genre unique dans le monde, accueille et accompagne les journalistes contraints de fuir leurs pays d’origine où la liberté de la presse et la liberté d’expression sont gravement mises en cause. Parallèlement, la Maison des journalistes a aussi pour mission d’informer et de sensibiliser l’opinion aux questions liées à la liberté d’expression, notamment dans les lycées et les universités.

Des dons défiscalisés

Pour financer ses actions, la Maison des journalistes a notamment besoin de vos dons. Notez que ceux-ci vous permettent de bénéficier d’une réduction d’impôts à hauteur de 66 % du don accordé. Ainsi, si vous donnez 100 €, il ne vous en coûtera que 34 € en réalité pour l’année fiscale concernée. Vous avez jusqu’au 31 décembre pour que votre don soit pris en compte par l’administration fiscale au chapitre de l’année 2015, au regard des dispositifs mis en place par la loi de Finances actuellement en vigueur.

En précisant bien vos coordonnées, envoyez un chèque à :

 La Maison des journalistes, 35 rue Cauchy 75015 Paris

 Un reçu fiscal vous sera adressé en retour.

 

Vous pouvez télécharger un bulletin de versement sur le site :

www.maisondesjournalistes.org

 

Pour plus de précisions, n’hésitez pas à prendre directement contact avec :

 

LA MAISON DES JOURNALISTES

35, Rue Cauchy 75015 Paris – France

Tél. 01 40 60 04 06 – Fax. 01 40 60 66 92

mdj@maisondesjournalistes.org

www.maisondesjournalistes.org

 

Saida HUSEYNOVA

Chargée de fundraising et partenariats

saida.huseynova@maisondesjournalistes.org

 

Lisa Viola ROSSI

Chargée de communication et partenariats

lisaviola.rossi@maisondesjournalistes.org

 

 

A PROPOS DE LA MAISON DES JOURNALISTES

Installée dans le 15ème arrondissement de Paris (France), la MDJ dispose de 14 chambres qui abritent des journalistes exilés. La maison est dirigée par Darline Cothière. Fondée par la journaliste Danièle Ohayon et le réalisateur Philippe Spinau, l’association est présidée par Christian Auboyneau producteur et journaliste. La vice-présidence est assurée par Albéric de Gouville, rédacteur en chef à France 24.

Cliquez ici pour télécharger le communique de presse

affiche defDeux jours de dialogues, d’informations, de témoignages, de spectacles à ne pas rater autour de la liberté de la presse…

Des personnalités tels que les dessinateurs Placide et Roger Thisselin, Antonio Fischetti journaliste de la rédaction de Charlie Hebdo (a passé son enfance de Blanzy), Jérémy Demay, journaliste, membre de Reporters sans Frontières, Marie-Angélique Ingabire ex-journaliste de la TV rwandaise, de la Maison des journalistes, Laurent Sniezeck et Nathalie Barbery (CLEMI) spécialistes de la presse internet échangeront leurs points de vue avec le public.

La troupe IRE en déambulation viendra ponctuer ces moments par leur humour corrosif.

Ces deux jours vous pourrez trouver dans la salle : une exposition de dessins de Placide, les caricaturistes réaliseront des dessins en direct, dédicaces des invités, libraires, bouquinistes, vidéos sur les dangers internet, stands Amnesty International, BDSL 71, etc…

Un Week-End à ne surtout pas manquer au Breuil – Saône-et-Loire, Bourgogne – Tél : 03 85 55 28 78 – Fax : 03 85 56 08 59

programme 17 octobre programme 18 octobre