Articles

[PORTRAIT] Comme beaucoup de ses confrères, Mahamat n’a pas eu d’autre choix que de mettre ses compétences de journaliste au service du régime dictatorial tchadien. Mais une fois sa rédaction quittée, le jeune homme enquête sur les massacres perpétrés dans son pays.

Pour lire la revue de presse de l’évènement, cliquez ici

Pour lire la version italienne et anglaise du communiqué, cliquez ici

Un conflit qui fait rage depuis 2011, entre l’indifférence de l’opinion publique mondiale et l’impossibilité pour les journalistes de le raconter: intimidés, arrêtés, kidnappés, assassinés.

Deux journalistes syriens en exil, Shiyar Khaleal et Raafat Alomar Alghanim, avec la directrice de la MDJ Darline Cothière sont les invités de la 4ème édition de Presse 19, «Des voix qui dérangent – Histoires de ceux qui défient le pouvoir», un événement annuel consacré à la liberté de la presse dans le monde, promu par La Maison des journalistes en collaboration avec son partenaire italien, le Caffè dei giornalisti, le Département de la Culture, Politiques et Sociétés de l’Université de Turin et l’Ordre des journalistes italien.

Le rendez-vous intitulé «Combien de guerres y-a-t-il en Syrie? Chronique journalistique entre censure et sources journalistiques de la guerre» aura lieu au Circolo della Stampa de Turin (Palazzo Ceriana Mayneri – Corso Stati Uniti, 27), le mardi 28 novembre 2017 de 18h à 20h.

Shiyar Khaleal et Raafat Alomar Alghanim

« Cette collaboration, a commenté Darline Cothière, directrice de la MDJ, avec le Caffè dei giornalisti a le mérite de faire porter davantage la voix des journalistes exilés et consolider le principe de liberté d’expression qui nous est cher ».

« Le pays – a déclaré Rosita Ferrato, présidente du Caffè – vit une saison de répression de la liberté de la presse sans précédent, et l’opinion publique en sait peu». Depuis 2011, Bachar al-Assad a considérablement augmenté la censure d’état, un trait distinctif du régime depuis les années 40. Aujourd’hui, la Syrie, selon les rapports de Reporter sans frontières, est le pays le plus meurtrier pour les professionnels des médias : il y a beaucoup de journalistes tués, dont 74 pour l’année 2016 seule, et d’autant plus de personnes contraintes à l’exil après des années de menaces, d’agressions et de prison.

Pour sensibiliser le public à ce qu’il se passe dans le pays alors que la guerre y fait rage depuis six ans maintenant, le Caffè dei giornalisti accueille les « voix qui dérangent » : Shiyar Khaleal et Raafat Alomar Alghanim, journalistes syriens partageant un passé de militant en Syrie et un présent de réfugiés, accueillis à la Maison des journalistes. Leurs témoignages sont « des histoires de ceux qui défient le pouvoir » : Shiyar Khaleal, journaliste kurde syrien, est un des co-fondateurs de l’Union des Journalistes Kurdes syriens et, plus récemment, du Groupe de Travail pour les Détenus Syriens (cliquez ici pour lire son profil sur L’œil de l’exilé). Raafat Alomar Alghanim, blogueur et caméraman, a été emprisonné à plusieurs reprises pour avoir exprimé des positions très critiques contre le régime saoudien et filmé la violence infligée aux manifestants en faveur du «printemps arabe» (pour lire son profil sur L’œil de l’exilé, cliquez ici).

Un troisième « voix qui dérange » est celle de Mazen Darwish, journaliste et avocat, militant des droits de l’homme et fondateur du Centre syrien pour l’information et la liberté d’expression (SCMFE). Sa détention, qui a débuté en 2012, a pris fin au bout de trois ans et demi avec l’amnistie signée par Bachar al-Assad, grâce à la mobilisation internationale de nombreuses organisations et des Nations Unies. En 2015, Darwish a reçu le Prix mondial de la liberté de la presse Guillermo Cano du HCR lors de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

Les « voix qui dérangent » sont celles des journalistes Laura Tangherlini auteur des livres «Siria in fuga» et «Libano nel baratro della crisi siriana» ainsi que du reportage «Mariage syrien» et Lorenzo Trombetta, auteur de monographies «Siria. Dagli Ottomani ad Asad. E oltre» et «La Syrie. Dans le Nouveau Moyen-Orient», ainsi que de nombreux essais et articles. Les deux journalistes s’occupent depuis longtemps de la question syrienne dans la tentative de rompre le silence en Italie et à l’étranger.

Ces témoignages ont l’intention d’aller plus loin dans la réflexion sur la difficulté d’être une voix qui dérangent Syrie. Le débat concernera la difficulté d’agir dans un environnement de répression de la liberté de la presse – et des droits de l’homme en général – qui s’ajoute au fait qu’il faut raconter non pas une guerre mais des guerres multiples. En scène, il y a des rebelles, l’armée et des milices locales; le Hezbollah libanais et les milices étrangères chiites ; l’Arabie saoudite, l’Iran et Israël; les États-Unis, la Russie et la Turquie. Le débat de mardi 28 novembre se concentrera sur ce scénario controversé et complexe de fragmentation politique et médiatique.

Programme de la rencontre :

Ouverture
Rosita Ferrato – Présidente du Caffè dei Giornalisti
Darline Cothière – Directrice de La Maison des Journalistes

Mise en contexte
Marinella Belluati – Professeure d’analyse des médias, Université de Turin

Table ronde – Syrie : la fragmentation du récit médiatique
Participants :

Shiyar Khaleal – Journaliste co-fondateurs de l’Union des journalistes kurdes-syriens et activiste kurde syrien réfugié de la MDJ
Raafat Alomar Alghanem – Journaliste syrien, blogueur et caméraman réfugié de la MDJ
Mazen Darwish – Journaliste et avocat syrien, fondateur de SCMFE
Laura Tangherlini – Journaliste et Présentatrice de RaiNews 24
Lorenzo Trombetta – Journaliste et arabiste, correspondant ANSA et LiMes pour le Moyen-Orient

Animation assurée par Giuseppe Acconcia, journaliste, écrivain et chercheur au Moyen-Orient

Contact : info@caffedeigiornalisti.it / presse19@maisondesjournalistes.org

Le mardi 30 mai 2017, la classe de Première ESB du Lycée Marguerite de Navarre d’Alençon (Académie de Caen), accompagnée par leur professeure documentaliste Céline Thiery, a visité la Maison des journalistes (MDJ) dans le cadre d’un partenariat privilégié. 

La classe de Première ESB du Lycée Marguerite de Navarre d'Alençon à la Maison des journalistes © Stefano LORUSSO

La classe de Première ESB du Lycée Marguerite de Navarre d’Alençon à la Maison des journalistes © Stefano LORUSSO

Pendant tout l’après-midi, les élèves ont pu échanger avec Hicham Mansouri – journaliste d’investigation marocain et résident de la Maison des journalistes –  et le photojournaliste de guerre syrien Zakaria Abdelkafi – ancien résident de la MDJ, aujourd’hui photographe pour l’AFP.

La classe de Première ESB du Lycée Marguerite de Navarre de Alençon avec les journalistes Hicham Mansouri et Zakaria Abdelkafi © Stefano LORUSSO

La classe de Première ESB du Lycée Marguerite de Navarre de Alençon avec les journalistes Hicham Mansouri et Zakaria Abdelkafi © Stefano LORUSSO

Les journalistes ont présenté aux élèves leur parcours personnel et professionnel. Hicham Mansouri a expliqué aux élèves les  règles fondamentales du journalisme, ses différents genres et ses problématiques de financement, tout en livrant des exemples d’enquêtes dont il était l’auteur au Maroc. Investigations qui lui ont d’ailleurs valu une peine d’emprisonnement de 10 mois et un procès, toujours en cours, pour « atteinte à la sécurité de l’État » aux côtés de journalistes et de militants des droits de l’homme .

Le photojournaliste Zakaria Abdelkafi a  lui parlé de son expérience de photographe de guerre engagé dans la documentation du conflit syrien. Originaire d’Alep, Zakaria Abdelkafi a couvert près de cinq années de conflit, des manifestations de la Révolution syrienne aux bombardements d’Alep. Arrivé en France, il a continué sa pratique de la photographie en se passionnant pour la couverture médiatique des manifestations à Paris. Il a ainsi pu expliquer la genèse de son désormais célèbre cliché pris lors des incidents opposants les forces de l’ordre à certains fauteurs de trouble lors du cortège parisien du 1er Mai. La photo représente un policier en flammes, touché par un cocktail molotov .

Les questions et les retours enthousiastes des élèves ont confirmé leur intérêt pour les médias et notamment pour les travaux journalistiques d’enquête et de guerre.

La classe de Première ESB du Lycée Marguerite de Navarre d'Alençon avec les journalistes Hicham MANSOURI et Zakaria ABDELKAFI © Stefano LORUSSO

La classe de Première ESB du Lycée Marguerite de Navarre d’Alençon avec les journalistes Hicham MANSOURI et Zakaria ABDELKAFI © Stefano LORUSSO

Découvrez cette rencontre racontée par l’Orne Hebdo, le 2 juin 2017 (au format pdf) en cliquant ici.

 

 

 

 

 

« Je pense que l’accueil de la Maison des journalistes donne aux journalistes  exilés une grande aide, car il faut que tout le monde ait le droit de s’exprimer ». Rencontre Renvoyé spécial avec le journaliste Shiyar Khaleal au Lycée Max Linder  de Libourne (Académie de Bordeaux), le mercredi 5 avril 2017.  

 

Renvoyé Spécial Shiyar KHALEAL au Lycée Max Linder à Libourne © Shiyar KHALEAL

Renvoyé Spécial Shiyar KHALEAL au Lycée Max Linder à Libourne © Shiyar KHALEAL

 

Les élèves de Première et  leurs professeurs référents, Laurent Despin et Céline Sellier, ont pu échanger avec le journaliste kurde-syrien sur la guerre en Syrie et sur son expérience d’exil. Ce moment a été l’occasion pour beaucoup d’entre eux de découvrir le contexte historique et les évolutions du conflit syrien de vive voix par Shiyar Khaleal. Le journaliste expliquant les raisons de son engagement humain et professionnel dans son pays, il a pu également discuter avec les élèves des concepts de liberté d’opinion et de la presse, sur la définition des principes de la démocratie, de l’opposition et de la désobéissance civile.

 

Renvoyé spécial : Shiyar KHALEAL au Lycée Max Linder à Libourne © Shiyar KHALEAL

Renvoyé spécial : Shiyar KHALEAL au Lycée Max Linder à Libourne © Shiyar KHALEAL

 

Les élèves se sont montrés très intéressés au contexte syrien et ont posé beaucoup de question à Shiyar Khaleal.

« Lorsque Shiyar Khaleal nous a parlé de son arrestation, de ce que qu’il a vécu, de la torture qu’il a subi, tout ça m’a profondément frappé ».

« La Maison des journalistes apporte une grande aide aux journaliste en exil, c’est un modèle pour la liberté d’information ».

« Les journalistes ont un rôle très important dans notre société, ils ont la tâche de nous raconter ce qui se passe autour de nous ».

« On a appris beaucoup de choses sur la Syrie avec un point de vue différent de celui des médias traditionnels ».

« Je voudrais dire à Shiyar et à tous les journalistes exilés qu’ils sont des personnes admirables qui se battent pour leur liberté et pour la liberté de leur concitoyens ».

« La liberté de la presse n’est pas seulement une liberté mais également un droit. Grâce à elle nous pouvons nous construire notre propre avis sur les sujets d’actualité et sur des sujet politiques et sociétaux».

Renvoyé spécial : Shiyar KHALEAL au Lycée Max Linder à Libourne © Shiyar KHALEAL

Renvoyé spécial : Shiyar KHALEAL au Lycée Max Linder à Libourne © Shiyar KHALEAL

 

 

 

 

 

 

«Après cette rencontre avec Ahmad Basha, j’ai compris l’importance du journalisme et de la liberté d’expression. Je ne savais pas que la guerre en Syrie avait causé autant de morts et de déplacés. C’est terrible!».

Le journaliste syrien Ahmad BASHA devant les élèves de TCI du Lycée professionnel Aristide Briand du Blanc-Mesnil ©Stefano LORUSSO

Le journaliste syrien Ahmad BASHA devant les élèves de TCI du Lycée professionnel Aristide Briand du Blanc-Mesnil ©Stefano LORUSSO

Mercredi 24 mai 2017, les élèves de la classe de TCI du Lycée Professionnel Arisitide Briand du Blanc-Mesnil (Saint-Saint Denis), accompagnés par leurs professeurs Matthieu Cassina, Raphaele Besnainou et par la médiatrice culturelle Marine Armbruster, ont rencontré le journaliste syrien Ahmad Basha à l’occasion de l’opération Renvoyé spécial Île de France (IDF).

Durant plus de deux  heures, les lycéens ont échangé avec le journaliste et partagé son parcours professionnel et humain à travers la Syrie, le Liban, avant son exil vers la France. L’opération Renvoyé spécial a été la première occasion pour les lycéens de rencontrer un témoin direct de la guerre qui touche la Syrie depuis six ans.

Les lycéens ont pu questionner le journaliste syrien sur les origines historiques et sur les acteurs du conflit syrien, tout en lui posant des questions plus personnelles concernant son exil et sa vie aujourd’hui en France.

Le journaliste syrien Ahmad Basha - © Stefano LORUSSO

Le journaliste syrien Ahmad BASHA © Stefano LORUSSO

 

Le vendredi 17 février 2017, les membres de l’association étudiante Sorbonne ONU, qui vise à transposer l’organisation des Nations Unies au coeur des universités parisiennes La Sorbonne, sont venus visiter la Maison des journalistes et ont fait la rencontre d’Abdessamad Ait Aicha, journaliste marocain, et de Sakher Edris, journaliste syrien, pour faire le point sur la situation des droits de l’homme et de la liberté d’expression dans leurs pays. Un échange enrichissant et positif.

Visite des étudiants de l’association Sorbonne-ONU dans les locaux de la MDJ ©Camille PEYSSARD-MIQUEAU

Les antennes UNESCO et Human Rights de l’association Sorbonne pour l’ONU étaient représentées, notamment par le président de cette dernière section, Mortaza Behboudi, ancien résident de la MDJ. Après la découverte des locaux de l’équipe, la présentation des multiples missions poursuivies par l’association depuis sa constitution et l’explication du fonctionnement de la Maison des journalistes, les étudiants ont pu visiter l’exposition Cartooning for Peace / Desssins pour la Paix présentée en ce moment dans ses murs.

Lisa Viola ROSSI guide les étudiants SONU à la découverte de l’exposition Cartooning for Peace / Dessins pour la Paix ©Camille PEYSSARD-MIQUEAU

Une rencontre était ensuite organisée entre les étudiants et deux journalistes : Abdessamad Ait Aicha, journaliste d’investigation au Maroc, et Sakher Edris, journaliste syrien et membre actif de l’organisation Detainees First qui lutte pour le respect des droit des détenus en Syrie et la poursuite judiciaire de toutes les atteintes commises à l’encontre de ces droits.

Abdessamad AIT AICHA et Sakher EDRIS échangent avec les étudiants de l’association la Sorbonne pour l’ONU ©Lisa Viola ROSSI

Résumer la situation des droits de l’homme et du citoyen dans ces pays, évoquer la difficile pratique du journalisme et de la liberté d’expression face à la répression des gouvernements et questionner le rôle joué par la communauté internationale et les organisations onusiennes suite aux révoltes du 20 mai 2011 au Maroc et dans la crise traversée par la Syrie aujourd’hui, tels ont été les axes d’une discussion animée mais toujours constructive.

Les étudiants membres de Sorbonne-ONU accompagnés par Abdessamad AIT AICHA, Sakher EDRIS et Darline COTHIERE, directrice de la Maison des journalistes ©Camille PEYSSARD-MIQUEAU

Un bel après-midi d’échanges entre professionnels de l’information et membres d’organisations internationales en devenir.